20 trucs que vous ne saviez toujours pas

On August 30, 2002, the world discovered life in the favelas of Rio de Janeiro…

1. La Cité de Dieu exists.

La Cidade de Deus was born in the 60s « welcome » les populations pauvres de la périphérie de Rio de Janeiro. Elle a pendant longtemps été une des favelas les plus dangereuses de la ville.

Under the presidency of Lula between 2003 and 2011, the situation partially improved (nouvelles habitations, systèmes d’égout et d’évacuation d’eau, création d’écoles…), the recent recession coupled with the health crisis ont cependant grandement fragilisé les choses.

La Cidade de Deus currently has a little over 50,000 inhabitants.

2. Avant d’être un film, La Cité de Dieu a d’abord été un livre.

En 1997, Paulo Lins, un ancien enfant de la favela, a publié un novel homonyme où il suit pendant 600 pages l’ascension de Zé Rikiki (Zé Pequeno à l’écran) dans les méandres du trafic de drug.

3. La toute première fois que le réalisateur Fernando Meirelles a mis les pieds à la Cité de Dieu, il a bien failli perdre la vie.

« J’avais garé ma voiture dans une rue très animée. J’étais escorté par un jeune complice des dealers censé m’evitar les ennuis. À peine avais-je fait trente mètres dans la Cité, qu’un garçon me braqua par derrière avec un enorme pistolet. Il aurait fait feu sur le champ si mon accompagnateur ne s’était interposé. Cinq secondes plus tard, le gosse s’était évanoui dans la nature. Le cœur battant, j’ai réalisé que Paulo Lins n’avait rien exagéré. »

4. Actually, seule quelques scènes de La Cité de Dieu ont été tournées à la Cité de Dieu.

Lors d’un précédent court-métrage tourné deux ans aupuravant, Fernando Meirelles et Kátia Lund (the co-director) ont vite compris que les difficulties seuterant trop nombreuses pour mener à bien le projet.

«Une partie du film se rouille dans un lotissement de l’époque de la Cité, mais il est situé à l’autre extremité de la ville. »

Apparently, là aussi, rien n’a été simple : « Son ‘propriétaire’ avait la quarantaine et était plus stable que les gamins de 19 ans qui contrôlent d’autres zones. Il demanda à voir le scénario et posa certaines conditions comme fixer personalment le amount du droit d’utilisation du site. Le tout à travers une série d’intermédiaires, car le monsieur était en prison. Après cela, nous n’eûmes pas le moindre problème. »

5. Deux ans avant le tournage, un casting géant a été organized pour dénicher des acteurs et actresses du cru.

In 2000, Fernando Meirelles and Katia Lund first recruited students from a small comedy school in the favela of Vidigal, Nose to Morro. Ils ont ensuite auditionné plus de mille enfants de différentes communautés. Ils en ont retenu deux cents qu’ils ont formes pendant plusieurs mois au sien d’une structure created pour l’occasion, Nose to Cinema.

6. Leandro Firmino Da Hora a décroché le rôle de Zé Pequeno grâce à un coup du sort.

Absolument pas intéressé par le métier d’acteur, il a été repéré le jour du casting alors qu’il accompagnait un ami.

7. Bien qu’ayant vécu toute sa vie à la Cité de Dieu, Leandro Firmino Da Hora concède volontiers que sa personality est à l’opposée de celle de son personnage.

« Bien que je venais juste de terminer mon service militaire et que j’ai manié des armes pendant un an, en vrai, je suis un trouillard. Quand il y avait des fusillades dans la rue, je me cachais sous mon lit (…) À la base, je voulais rentrer dans l’armée de l’air ou faire policier. »

8. Le Zé de Zé Pequeno (Petit Zé en VF) renvoie à José, le prénom du personnage. His full name is José Eduardo Barretto Conceiçao.

9. Dans le même genre, le surnom du héros du film Buscapé (Fusée en VF) renvoie, non pas à l’engin spatial, mais à un type de petard.

10. Leandro Firmino Da Hora (Zé Pequeno) and Alexandre Rodrigues (Buscapé) have passed à deux doigts de devenir riches grâce à La Cite de Dieu.

Dans le documentary La Cité de Dieu, 10 ans après sorti en 2012, Rodrigues reveals that at the moment of signing their contract, they were offered a percentage of the film’s profits, or 10,000 réaux (around 2,000 euros).

À mille lieux de s’imaginer le succès planetaire qu’allait rencontrer le film, ils ont unfortunately chacun opté pour le cash.

11. De toute la distribution, seul Seu Jorge n’était pas un inconnu.

Renowned salsa singer, he first broke through in the 90s with his group Farofa Carioca, before launching solo in the 2000s. Auteur d’une petite dizaine d’albums depuis, he pursues a career in parallel d’acteur.

12. Le nom de son personnage, Manu Le Coq, peut porter à confusion.

Traduit du portugais Mané Galinha, il n’a pas la même connotation des deux côtes de l’Atlantique. You are « Galinha » signifie en effet “fly away” en français, au Brésil le mot est utilisé pour qualify un homme à femmes.

13. De tous les acteurs, Alice Braga qui joue Angélica est certainly celle qui a accompli la plus belle carrière après La Cité de Dieu.

Elle a notably été vue dans plusieurs grosses productions américaines comme Je suis une légende with Will Smith, Predators, Elysium avec Matt Damon, ou encore dernièrement The Suicide Squad by James Gunn.

« Je crois que la scène sur la plage, et plus particulier le moment où l’on s’embrasse, m’a vraiment aidé à booster ma career. La scène a beaucoup marque. Et puis c’est cette image qui a été choisie pour l’affiche nord-américaine. »

14. Après avoir interpreted un dealer à l’écran, l’un des acteurs est devenu dealer dans la vraie vie.

Ivan da Silva Martins, qui joue l’un des enfants du gang des moustiques, était en 2017 considered par les autorités locales comme l’un des trafiquants de drug les plus influents de Rio de Janeiro. Surnommé ‘Ivan le terrible’, il était réputé pour controler tout le sector de la favela de Vidigal, au sud de la ville.

15. Les scènes dans leslénces les gangs de Zé Pequeno et Carotte prient avant d’aller au combat ont été improvées.

Au moment de filmer, les acteurs se sont étonnés aupres du réalisateur que leurs personnages ne récitaient pas une prière, alors qu’il s’agit d’une tradition dans les favelas.

16. La mort de Zé Pequeno a été en partie filmée par Buscapé.

C’est le directeur de la photographie César Charlone qui a insisté aupres d’Alexandre Rodrigues pour qu’il tienne lui-même la caméra et retranscrive ce que voit son personnage.

17. La Cité de Dieu est le seul film de l’histoire du cinéma brésilien à avoir été nommé quatre fois aux Oscars : best director, best adaptation, best montage and best photograph.

Unfortunately, l’équipe est repartie sans aucune statuette.

18. En 2007, La Cité de Dieu and eu droit à un spin-off : la série télévisée La Cité des hommes (Cidade dos Homens).

Diffusée d’octobre 2002 à décembre 2005 (4 saisons, 19 épisodes), elle prend également pour cadre le narcotrafic dans les quartiers pauvres de Rio.

En 2007, le movie La Cité des Hommes est sorti au cinéma avec dans les rôles principaux les deux acteurs principaux de la série.

19. La Cité de Dieu est sans surprise énormément référence par les rappers français.

July (« J’ai l’cœur à Buscapé, j’ai les couilles à Zé Peq »), Soolking (« Viens chez moi, cité de Dieu, j’en ai vu plus que Buscapé »), Dogs 4 de la Rime (« Là où on préfere être Ze Pequeño que Buscapé »), Lacrim (« D’appeler ce film « La Cité de Dieu » je trouve ça plus que blasphematoire »), Youssoupha (« J’fais plus confiance à nos icônes Ze Pequeno était idiot et Scarface était un toxico »)… la liste est sans fin.

Rappelons-nous également des morceaux dédiés comme BE QUIET de Niska en 2016 ou Benny de PNL, mais aussi des clips de Zone internationale de Rohff en 2004 et Au bout de mes rêves de Booba en 2006 qui tous deux conviaient à l’écran Leandro Firmino da Hora/Zé Pequeno.

20. Enfin, impossible de conclure sans mentionner l’importance que La Cité de Dieu and eu sur Booska-P.

Si vous vous êtes toujours demandé pourquoi Booska-P s’appelle Booska-P, Fif’ vous raconte tout en détail dans le premier épisode de ses Fif Stories.

Leave a Reply

Your email address will not be published.