A new gas pipeline between France and Spain? Six questions sur le sulfureux projet “MidCat” qui sème la discorde en Europe

l’essentiel
Dans un contexte energétique trouble, l’Europe cherche à sortir de la dépendance russe sur le front du gaz. La guerre en Ukraine relancé un projet vieux de 10 ans : le “MidCat”, un gasoduc de 200 kilometers liant la Catalogne au Midi, fait son retour sur la scène européenne. La Dépêche du Midi revient en six questions sur ce projet qui embrase l’Europe.

C’est un vieux serpent de mer qui refait surface dans un contexte de marché énergétique particulier tendu en Europe. L’idea d’un gasoduc reliant le Midi à la Catalogne refait surface, alors que le géant russe Gazprom a annoucement mardi 30 août dernier qu’il allait suspendre entiere ses livraisons de gas auprès de différences pays européens. L’Espagne, le Portugal et l’Allemagne ont renouvelé leur intérêt vis-à-vis de ce projet mais la France elle, botte en touche. La Dépêche du Midi revient en questions sur le dossier.

Le projet “MidCat”, c’est quoi?

The idea of ​​a gas pipeline between the Midi and Catalonia was launched in 2013 at the initiative of the Spanish and French governments and with the support of the European Commission. The infrastructure, baptized “MidCat”, devait permettre de relier Hostalric, au nord de Barcelona à Barbaira (Aude), à ​​l’est de Carcassonne, en passant par le col du Perthus (Pyrénées-Orientales). 44 communes of the Aude and 51 communes of the Pyrénées-Orientales were concerned. L’objectif: acheminer le gaz originating du nord de l’Afrique vers le nord de l’Europe.

Le gasoduc MidCat relierait la Catalogne au Midi.

Le gasoduc MidCat relierait la Catalogne au Midi.
Terega

Ce nouveau gasoduct, d’une longueur de près de 200 kilometers, viendrait ainsi s’ajouter à two autres infrastructures déjà existantes, de faible capacité, qui relient actuellement la France à l’Espagne à Larrau et Biriatou, dans le Pays Basque français.

Pourquoi construire un nouveau gasoduct entre l’Espagne et la France?

Le projet “MidCat” répondait à des objectivees stratégiques particuliers. Il s’agaitai avant tout d’acheminer le gaz liquefié en provenance d’Algérie vers les pays du nord de l’Europe. D’autant plus important que l’Algérie forritt pas moins de 11% du gas qui est consommé en Europe. Le MidCat doit également permettre de faire remonter le gaz naturel quéquéfié qui arriver par bateau du Nigeria, du Qatar et even des États Unis, via les ports méthaniers espagnols.

A lire aussi :
Énergie : Gazprom annonce suspendre “complètement” ses livraisons au groupe français Engie dès ce jeudi 1er septembre

Spain is effectively an important gas transit country for Europe. En 2022, le pays concentre 34% de la capacité de regaséification de l’Union européenne. Spain also has 45% of the EU’s gas storage capacity.

Pourquoi le projet at-il été abandonné?

The project, as it was presented to the European Commission, was renamed South Transit East Pyrénées (STEP). En 2019, celui-ci a pourtant été rejected à la fois par la Commission de régulation de l’énergie (CRE) et la Comisión nacional de los mercados y la competition (CNMC) in Spain.

A lire aussi :
MAINTENANCE. Crise de l’énergie : “On ne retrouvera pas de cours stables avant quelques années”

Les raisons sont multiples. Sur le plan économique d’abord, c’est le cost de ce projet qui a été pointé du fingert : l’Europe devait ainsi débourser pas moins de 500 million d’euros pour construire et installar le gasoduct. Son environmental impact ensuite : que ce soit en France ou en Espagne, le projet a suscité l’ire de nombreux militant écologists.

Pourquoi le projet “MidCat” est à nouveau relancé?

La baisse progressive des approvisionements en gas en provenance de Russie incite aujourd’hui les dirigens européens à trouver des alternatives. C’est le cas de l’Allemagne, dont le marché énergétique était jusqu’à présent particulier dépendent du gaz russe. La semaine dernière, the German chancellor Olaf Scholz a donc plaidé pour la construction d’un gasoduct reliant le Portugal à l’Allemagne, qui traverserait ainsi l’Espagne et la France : “Ce gasoduc soulagerait grandement la situation actuelle de l’approvisionement” , and supported the chancellor.

L’Espagne aussi tape du pied. Mardi 30 août dernier, à l’antenne d’une radio locale, la ministre espagnole de l’Énergie et de l’Environnement, Teresa Ribera, a défendu le projet “MidCat” : “Nous devons nous préparer pour l’hiver prochain et , dans ce contexte, être capables d’achever une interconnection qui n’avait pas de sens économique (en 2019)… mais qui pourrait être crucial maintenant pour garantir cet approvisionement qui manque à l’Europe centrale et septentrionale”. The minister affirms otherwise that the “MidCat” will allow “2 to 2.5%” of European gas consumption.

Pourquoi les autorités françaises s’opponent à ce projet?

La France se montre particulier réticente sur la question d’un gasoduc liant la Catalogne au Midi, une position largely critiquée par les dirientes allemands et espagnols. Les autorités françaises ne ferment cependant pas totalement la porte à un tel projet : interrogé par La Dépêche du Midithe ministère de la Transition écologique affirms that “le développement de nouvelles infrastructures gasières est à l’étude pour reinforcer le link entre la péninsule ibérique et le reste de l’Europe”.

The French government estimates however “qu’un tel projet mettrait dans tous les cases de nombreuses années à être opérationelle (le temps des études et des travaux pour ce type d’infrastructures est toujours de plusieurs années) et ne répondrait donc pas à la crisis actuelle”. Le gouvernement español dement cette affirmation, et estime que le gasoduc pourrait être operational d’ici “8 à 9 mois”.

Le gouvernement français estime par ailleurs que “la mise en place de terminalaux méthaniers dans le Nord et l’Est de l’Europe (et notably en Allemagne) represent des investissements moindres et plus rapides, a fortiori s’il s’agit de terminals flottants, plus à même de faire face au contexte actuel”. Finally, the ministère de la transition écologique estime que ce projet n’entre pas en adéquation avec les objectivees énergétiques que se sont fixés les différences pays européens, à savoir de se passer “des énergies fossiles d’ici 2050”.

Y at-il d’autres alternatives sur la table?

If France maintains its opposition to the “MidCat” project, Spain would like to explore the path of a gas pipeline allowing the transfer of the Iberian Peninsula to Italy. “Face aux réticences de la France, qui le juge trop costueux – même s’il est destiné à être financier par des fonds européens Pedro Sánchez (Premier ministre, ndlr) s’engage en faveur d’un autre gasoduc, sub-marin, reliant Barcelona à Livourne (sur la côte ouest italienne)”, écrit ainsi le quotidien El Mundo.

Leave a Reply

Your email address will not be published.