According to a recent study, rainwater is unsuitable for consumption

On les appelle les « produits chimiques éternels » en raison de leur persistence dans l’environnement. PFAS (per et polyfluoroalkylées) are known to cause serious health problems. Dans les two régions les plus reculées de la Planete, l’Antarctique et le plateau tibétain, il se mesure des niveaux de PFAS 14 fois supérieurs aux recomendations. According to une study, une limite planetaire est même dépassée, rendant l’eau de pluie impropre à la consumption. La bonne nouvelle est que, depuis 20 ans, le taux s’est stabilisé.

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] Interview 4/5: pollution, what are the health risks?
Avec l’augmentation des taux de pollution se pose la question de son impact sur la santé humaine. Chaque polluant a des effets différents, somes immédiate et visible, d’autres retardés et plus insidieux. Afin de clarifier la question, nous avons interviewé Philippe Hubert, directeur des risques chroniques de l’Ineris.

L’eau de pluie sur Terre est impropre à la consommation à la présence de produits chimiques toxiques depassant les thresholds recommandés, selon une récentes étude conducted by des scientifiques de l’Université de Stockholm. « Il n’y a nulle part sur Terre où l’eau de pluie serait propre à la consommation, d’après les données que nous avons utilisés », declared to AFP Ian Cousins, professor at the University of Stockholm and principal author of the study, published in the review Environmental Science and Technology.

Son équipe a studie des données compilées depuis 2010 et montré que « même en Antarctique ou sur le plateau tibétain, les niveaux présents dans l’eau de pluie sont au-dessus des recomendations provisés de l’Agence de protection de l’environnement des États Unis (EPA) », he added.

Normally considered intact, les deux régions ont des niveaux de PFAS (per et polyfluoroalkylées) « 14 times superior » aux recommendations américaines pour l’eau potable. Plus commonly called « les produits chimiques éternels » parce qu’ils se désintegrant de façon extremely lente, les PFAS, initialement présents dans les emballagesles shampoos ou encore le maquillagese sont pradus dans notre environnement, y compris l’eau et l’air.

Une fois ingérés, les PFAS s’accumulent dans le corps.

According to certain studies, l’exposition aux PFAS peut avoir des effets sur la fertility et le développement du fœtus. Elle peut aussi mener à des risques accrus d’obese ou de certains cancers (prostate, reins etc testicles) et une augmentation des niveaux de cholesterol. The EPA has recently lowered the threshold of PFAS recommended, après avoir découvert que ces produits chimiques potrouillet avoir un impact sur la immune response à des vaccines chez les enfants, note Ian Cousins.

Ces substances ont contaminé la Planete « de manière irreversible »

According to Ian Cousins, the PFAS sont maintenant « si persistent » et omniprésents qu’ils ne disparaîtront jamais de la Terre. « He a rendu la planète inhospitalière à la vie humaine en la contaminant de manière irreversible, ce qui fait que plus rien n’est propre. Et au point que ce n’est pas assez propre pour être sûr », dit-il.

Nous avons dépassé une limite planetaire

« Nous avons dépassé une limite planetaire », declares Ian Cousins, in reference to a model allowing to evaluate the capacity of the Earth to absorb l’impact de l’activité humaine. The scientist notes however that the levels of PFAS in the organism of human beings have decreased « de façon assez signifique ces 20 dernières années “et que” le niveau ambiant (des PFAS dans l’environnement) est resté le même ces dernières années ».

« Ce sont les recommendations qui ont changé », précise le chercheur, en explicant l’on a baissé le niveau de PFAS recommended « des millions de fois depuis le début des années 2000, parce qu’on en sait plus sur la toxicity de ces substances ». Malgré les découvertes de l’étude, Ian Cousins ​​considers qu’il faut apprendre à « vivre avec ».

« Je ne suis pas très inquiet de l’exposition quotidienne dans les montagnes, les cours d’eau ou la nourriture. On ne peut pas y écamper… On va juste devoir vivre avec. Mais ce n’est pas une situation idéale, où l’on a contaminé l’environnement au point que l’exposition naturelle n’est pas vraiment sure ».

Intéressé par ce que vous venez de lire?

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.