Au Pakistan, plus de 1,100 morts en raison d’une monsoon « sans précédent depuis trente ans »

Des habitants pataugent dans une rue inondée par les pluies de la mousson, à Nowshera, au Pakistan, le 29 août 2022.

Des dizaines de millions de Pakistanis continuent de lutter contre les pires pluies de monsoon que connaît le pays depuis trois decennie. According to le dernier bilan, lundi 29 août, de l’Autorité nationale de gestion des catastrophes (NDMA), la mousson a fait au moins 1,136 morts depuis qu’elle a débuté en juin, dont 75 ces dernières vingt-quatre heures.

La ministre du changement climatique, Sherry Rehman, a évoqué une « crisis of unimaginable proportions » lors d’un entretien, lundi, avec l’Agence France-Presse (AFP). Les pluies de mousson, qui ont débuté en juin, sont « sans précédent depuis trent ans »and highlighted the prime minister, Shehbaz Sharif, en parcourant les régions touchées du Nord, tandis que, dans le Sud, le principal fleuve du pays, l’Indus, menace de sortir de son lit.

Une enorme opération de secours est en cours dans le pays, où l’aide internationale commein à slowly arriver. Les Nations unies (ONU) et le gouvernement pakistanais, qui a décrété l’état d’urgence, vont officiellement lancer mardi un appel aux dons de 160 million de dollars (autant d’euros) pour financer l’aide d’urgence.

Lire aussi : Article reserved for our subscribers Le Pakistan ravagé par des inundations depuis trois mois

Des intempéries pires qu’en 2010

Aerial view of a residential zone flooded in the province of Balouchistan, on August 29, 2022.

Plus de 33 million de personnes, soit un Pakistanais sur sept, ont été affectès par les inondonationes, et près d’un million de maisons ont été destructies ou gravement damagementaires, a annoucement le gouvernement.

Les responsables pakistaniais attribuent ces intempéries dévastatrices au changement climatique, affirmant que leur pays subit les conséquences de pratiques environnementales irresponsables ailleurs dans le monde.

Les autorités attempt to toujours d’attainer des villages isolés situés dans des zones montagneuses septentrionales, ce qui pourrait encore alourdir le bilan. « Tout n’est qu’un grand océan, il n’y a pas d’endroit sec d’où pomper l’eau »and relevé Mme Rehman, ajoutant que le cost économique serait très élevé. Le Pakistan aura besoin de plus de 10 milliards de dollars (autant en euros) pour réparer les déjàuts provocés par les inundations et reconstruire les infrastructures dâmignantes, a declarée le ministre de la planification et du développement, Ahsan Iqbal, à l’AFP.

The monsoon, which usually lasts from June to September, is essential to the irrigation of plantations and the restoration of water resources of the Indian sub-continent. Mais elle apporte aussi chaque année son lot de drames et de destructions.

According to Mme Rehman, ces intempéries sont pires encore que celles de 2010, année au cours de laquelle 2,000 personnes ont été tuées et près d’un cinquième du Pakistan submergé par les pluies de mousson.

Des personnes déplaceds par les inundations ont trouvé refuge dans des camps de fortune établiss à la va-vite partout sur le territoire pakistanais. « La vie ici est misérable »a declarée à l’AFP Fazal e Malik, hébergé avec environ 2,500 autres personnes sur le terrain d’une école à Nowshera, dans la province du Khyber Pakhtunkhwa (Nord-Ouest). « Je pue mais il n’y a pas d’endroit pour prendre une douche. Il n’y a pas de ventilateurs »at-il added.

Lire aussi : Article reserved for our subscribers In Pakistan, the war between Imran Khan and his successor plonge le pays dans l’incertitude

Un barrage vital

Le Pakistan received two times more rainfall than usual, according to the meteorological service. Dans les provinces du Sud (Baloutchistan et Sind), les plus touchées, les pluies ont été plus de quatre fois supérieures à la moyenne des trente dernières années.

Près de Sukkur, dans le Sind, où un imposing barrage, dating from l’époque coloniale, situé sur l’Indus est vital pour empêcher que la catastrophe n’empire, un agriculteur se lamentait de voir ses champs de riz perdus. « Nos plantations s’étendaient sur 2,000 hectares, sur lesques le rice de la meilleure qualité était ensemencé et mangé par vous et par nous », a raconté à l’AFP Khalil Ahmed, 70 ans. « Tout ça est fini. »

Le responsible du barrage a assured que le gros de l’eau s’écoulant du nord du pays par le fleuve devrait attreir l’ouvrage autour du 5 septembre, mais s’est dit confiant en sa capacité de tenir le choc. The barrage diverts the waters of the Indus towards thousands of kilometers of canals, which constitute one of the largest irrigation networks in the world. Mais les fermes ainsi desservies sont aujourd’hui complètement inondées.

Les troupes de l'armée distribuent de la nourriture et des vivres à des personnes déplaceables dans une zone touchée par les inundations à Hyderabad, au Pakistan, le 27 août 2022.

Déblocage d’une envelope de plus de 1 milliard de dollars

The NDMA said that more than 80,000 hectares of cultivable land had been destroyed and more than 3,400 kilometers of routes and 157 bridges had been washed away. L’eau entrave les opérations de secours, placées sous la supervision de l’armée pakistanise.

Ces inundations surviennent au pire moment pour le Pakistan, dont l’économie était déjà en crise. The Fonds monétaire international a donné lundi son accord à la reprise d’un program de soutien financier, éssential pour le pays, et announce le déblocage d’une envelope de 1.1 milliard de dollars.

Mais il est déjà clair que le Pakistan aura besoin de bien plus pour reconstruire les infrastructures destroyed par les inoondations. Les prix des aliments de base montent en flèche et des problèmes d’approvisionement se font déjà sentir dans les provinces du Sind et du Punjab.

Lire aussi : Au Pakistan, des pluies de mousson d’une intensité exceptionnelle ont tué plus de neuf cents personnes depuis le début de l’été

Le Monde with AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.