Auchan sacrifie sa rentabilité pour relancer sa filiale française

And Arras (Pas-de-Calais), en mai 2019.

En 2022, Auchan ambitious de « tirer un trait sur neuf années de décroissance du chiffre d’affaires » in France, where 52% of its activity is carried out. Telle est la volonté manifestée par le groupe de distribution, lors de la presentation de ses résultats semestriels, mardi 30 août. Un objective porté par une nouvelle équipe dirigeante dans l’Hexagone, nommée au début de l’année.

But, pour le moment, les résultats sont encore en baisse. A 7.9 milliards d’euros au premier semestre, le chiffre d’affaires, en France, a reculé de 2% à périmètre comparable, alors qu’il a progressé de 3.4% dans le reste du groupe. Portée par les ventes de carburant, l’entité globale Auchan Retail a registered une hausse de 6.2% de son chiffre d’affaires during the first six months of the year, à 15.4 milliards d’euros.

Lire aussi : Article reserved for our subscribers Les Mulliez en Russie, une « success story » en eaux troubles

In France, above all, le résultat opérationelle (Ebitda) recule de 74% sur le semestre. Dans un contexte de relance de sa filiale française, Auchan a sacrifié ses marges pour ne pas répercuter l’ensemble des chausses de prix qu’il acordées à ses suppliers, afin de reconquerir les clients. Pas d’opération de marketing anti-inflation en préparation comme d’autres distributeurs, mais une politique de prix destinée à orienter les consommateurs vers certains produits. « On augmente moins les prix sur les marques Auchan, que l’on souhaite mettre en avant », as explained by Ludovic Delcloy, directeur financier d’Auchan Retail. A articles comparables, la hausse des prix répercutée sur les tickets de caisse ne serait ainsi que de 4 % sur un an, à la fin juin. Un chiffre à prendre avec précaution, selon M. Delcloy, car « la part des articles comparables a baissé, donc c’est compliqué ».

« The first positive signs »

De cette politique de relance, le groupe perçoit nouvellement « the first positive signs on France »assure M. Delcloy, comme le montre l’amelioration des revenus, trimester après trimester, depuis la fin de 2021. Avec un chiffre d’affaires qui retrouve « l’équilibre sur l’été », mais aussi « une hausse de trafic en magasin de 6%, surtout en hypermarché, et un indice de satisfaction client qui augmente ».

Lire aussi : Article reserved for our subscribers Les syndicats se préparent à un mariage d’Auchan, encore à la peine en France

Dans les magasins, les premiers changements de comportement des consommateurs face à l’inflation beginment à appareir, avec une « reduction in the number of items purchased and an evolution in the products. On progress sur nos ventes de produits premiers prix »pursue le directeur financier.

Dans l’ensemble du groupe, le semestre a également été hahuté. Depuis le début du conflit en Ukraine, le 24 février, Auchan a continué d’exploiter dans le pays une quarantaine de magasins (trois ont fermé, dont deux ont été damagés). Et il est à la tête, en Russie, de 230 magasins, qui fonctionnent « en total autonomie dans le respect des rules de l’embargo européen »says M. Delcloy.

Un creusement des pertes

The group does not detail pas ses résultats par countries, mais ses ventes en Europe centrale et de l’Est (Hongrie, Pologne, Roumanie, Ukraine, Russie) ont progressé de 5% à perímètre comparable. En Russie, après un premier trimestre « qui s’est bien passé », où les clients ont surtout acheté pour stocker, les ventes se sont amoindries au deuxième trimester, pour faire appareilaire, durant l’été, les premières difficulties issues de la crise économique. Le départ des enseignes (Ikea, H&M, Zara…) dans ses commercial centers en Russie a également pénalisé la fréquendeur de ses magasins au deuxième trimester.

Au niveau de la holding ELO, qui chapeaute les activités de distribution (Auchan Retail) et les activités immobilières (Ceetrus, Nhood), ces évolutions et des dépréciations d’actifs ont entrainment un creusement des pertes nettes à 191 million d’euros au premier semesters, contre 24 millions, un an plus tôt.

Lire aussi Article reserved for our subscribers Rapprochement Carrefour-Auchan : les raisons d’un échec

Leave a Reply

Your email address will not be published.