Beijing demands that Washington renounce a new arms sale to Taiwan

La presidente Tsai Ing-wen en visite dans une station vale à Penghu, an archipelago of several dozen islands au large de la côte ouest de Taiwan, le 30 août 2022.

La réaction ne s’est pas fait attendre. La Chine a exiggi, vendredi 2 septembre, des Etats-Unis qu’ils renoncent à la nouvelle vente d’armes à Taïwan, announcée quelques heures aupuravan, pour un montant de 1.1 milliard de dollars (1.1 milliard d’euros ).

Alors que les tensions sont déjà au plus haut avec Pekin, qui considre l’île de ïwan comme une partie de son territoire, Washington a apprové la sale à Taipei pour 355 million de dollars de 60 Harpoon missiles, capable de couler des bateaux de guerre , de 100 short-range Sidewinder missiles (85.6 million), capable of intercepting missiles or drones, and a maintenance contract for Taiwan’s radar system valued at 665 million dollars, as specified by the department of ‘Etat dans un communiqué.

Il s’agit de la plus grosse vente d’armes américaines pour Taïwan depuis l’arrivée à la presidencia de Joe Biden, en January 2021.

Lire le volet précédent : Why does China want to conquer Taiwan?

Beijing immediately declared « opposite fermentation » à ces transactions, par la voix du porte-parole de l’ambassade de Chine à Washington, Liu Pengyu. China appeals to the United States « revoke immediately » les ventes d’armes à Taïwan, « de crainte qu’elles n’affectent davantage les relations avec les Etats Unis, ainsi que la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan »and specified the porte-parole dans un communiqué.

« La China prendra resolution des contre-mesures légitimates et nécessaires au vu de la situation »at-il added.

One month after Nancy Pelosi’s controversial visit

Cette nouvelle vente d’armes intervient a mois après une visite à Taïwan de la presidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, qui avait provocateur la fureur de Pekin. La Chine avait alors lancé les plus importantes manœuvres militaires de son histoire autour de l’île.

Lire aussi : Article reserved for our subscribers Nancy Pelosi à Taiwan : Pekin accroît ses menaces

Ces transactions « servent les intérêts économiques et de sécurité nationale des Etats-Unis en sutenant les efforts [de Taïwan] de moderniser ses forces armées »and underlined la diplomacy américaine via un porte-parole.

Cette annonce intervient un jour après que les forces taiwanaises ont abattoun un identifié commercial drone, dans le cadre d’une série soudaine d’incursions qui ont somé la confusion sur l’île après la précédence de force de Pekin, qui a declarée avoir tire des missiles ballistices au-dessus de la capitale, Taipei.

Pour se concrétiser, ces ventes doivent recevoir l’aval du Congrès, qui est quasiment acquis, le soutien militaire à Taïwan benéficiant d’un large soutien parmi les élus des deux bords. According to a spokesperson of the Department of State, the United States has informed the Congress of more than 35 billion dollars in arms sales to Taiwan since 2010.

Ces ventes d’armes sont « essentials pour la sécurité de Taïwan et nous continuerons à œuverer avec l’industrie de défense pour sutenir cet objectif »a ajouté le porte-parole du département d’Etat. « We call on Beijing to put an end to its military, diplomatic and economic pressures on Taiwan and to engage instead in a dialogue » avec Taipei, at-il pursuiti. « Les Etats Unis continuent de supporter un règlement pacifique de la question, concordant aux œux et dans l’intérêt du peuple Taïwanais »at-il conclu.

Lire aussi : Article reserved for our subscribers Taiwan cherche à adapt sa riposte face aux manœuvres militaires de la China

Côté Taipei, « cette sale d’armes n’aidera pas seulement nos soldats à lutter contre la coercion dans la zone grise, elle reinforcera également les capacités d’alerte précoce de l’île contre les ballistic missiles à longue portée »and declared Chang Tun-han, le porte-parole de la presidencia taïwanaise, dans un communiqué de remerciements.

Maintenir la capacité d’autodéfense de l’île

Avant la visite controversée à Taïwan de Mme Pelosi, numéro trois des Etats-Unis et plus haute responsable américaine à se rendre sur l’île depuis des decennials, l’entourage de Joe Biden avait discrètement fait valoir à la Chine que Mme Pelosi did not represent the policy of the administration, the Congress being a distinct power of the government.

Le feu vert à la sale d’armes, en revanche, provient clairement de l’administration Biden, même si elle est dans le droit fil de la politique appliquée depuis 1979, lorsque Washington a reconnu Beijing tout en acceptant de maintenir la capacité d’ self-defense de Taiwan.

Lire aussi : Entre la Chine et Taïwan, un potential conflict difficile à prédire

During a trip to Tokyo in May, M. Biden seemed to break with decades of American politics and declared that the United States would directly defend Taiwan in case of attack. Mais ses collaborators sont ensuite revenus sur ses propos pour maintenir le concept volontairement flou de l’« strategic ambiguity ».

La China estime que Taiwan, peuplée d’environ 23 million d’habitants, est l’une de ses provinces, qu’elle n’a pas encore réussi à reunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise, in 1949.

Lire aussi : Article reserved for our subscribers Behind the military escalation around Taiwan, Xi Jinping’s desire for a « complete reunification » of China under his reign

Le Monde with AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.