Boris Johnson has sparked controversy in the United Kingdom twice during the holidays

While Boris Johnson is still the acting British Prime Minister waiting for the Conservative Party to find him a successor, his second vacation in the space of 15 days has sparked controversy in the United Kingdom.

After Slovenia, Greece. Au moment où le Royaume-Uni subit severales crises, dont une inflation et une sécheresse historique, le Premier ministre outgoing Boris Johnson a entamé ses deuxièmes vacances en quinze jours, de quoi alimenter les accusations de vide du pouvoir en attendant son successor.

Ces dernières semaines, le dirigeant conservateur, poussé au départ par son parti après une série de scandales, a manqué des réunions d’urgence sur les vagues de chaleur, est resté à l’écart des célébrations de l’équipe d’Angleterre à l ‘Euro féminin de foot et a passé début août quelques jours de lune de miel dans les montagnes de Slovenia.

Ce weekend, il a été photographié et filmé dans un supermarket d’une banlieue d’Athènes avec son épouse Carrie, tandis qu un camion de ménagement était stationné lundi devant sa residence du 10 Downing Street.

Le Premier ministre britannique dans l’Attique

“Le Premier ministre est en vacances cette semaine”, a indicé son porte-parole, underlining that the heads of government, even absent, resten “informés sur tous les dossiers urgentes et prennent des décisions, particulier en matière de sécurité nationale”.

Les images du chef du gouvernement britannique déambulant dans la superette ont été difusés Sunday sur Twitter, comme le montre cette publication d’un compte hostile à Boris Johnson.

D’après le site d’information iNewsBoris Johnson passe quelques jours à Nea Makri, dans l’Attique, non loin d’ailleurs de la villa paternelle, située quant à elle à Horto.

Des dossiers portant nombreux

Cette escapade intervient alors que Boris Johnson a promis de rester aux affairs jusqu’à la désignation d’un nouveau chief du parti conservateur. Only two candidates remain en lice, la cheffe de la diplomacy Liz Truss, favorite, et l’ancien ministre des Finances Rishi Sunak. The result of the internal election is expected on September 5.

Des voix se sont élevés dans la classe politique britannique pour procher à Boris Johnson d’être aux abonnements absent au moment où ses compatriotes souffrent d’une très strong augmentation du cost de la vie, avec en particulier une explosion des prices de l’électricité et du gaz. Les prévisions de nouvelles massives augmentations des factures en octobre puis en janvier, ainsi que l’avertissement de la banque centrale concernant l’ampleur de la crisis à venir pour l’économie britannique, ont provocée des appels à agir en urgente, sans attendre l ‘arrivée de son successor.

Downing Street avait affirmés la semaine dernière qu’il reviendrait “au futur Premier ministre” d’agir face à cette crisis, et non à Boris Johnson, censé expédier les affaires courantes.

Le pays fait également face à une sécheresse historique qui frappe de plein fouet le secteur agricole et a rendu nécessaire la mise en place de restrictions d’arrosage dans severales régions. Les images de la source de la Thames complètement à sec ont fait le tour du monde.

De barbecues en voyage

Or, cet été – qu’il soit d’ailleurs en voyage ou non – le Premier ministre a plusieurs fois manqué à l’appel pour des activités moins officielles que recréatives. Leh Guardian and tenu ici la chronique des réjouissances estivales de Boris Johnson. Fin juin, déjà, il a multiplié les barbecues en compagnie des membres les plus loyaux de son camp pour les remercier de l’avoir épaulé, bien que sans succès, dans les turbulences qui ont fini par l’emporter au sein du Parti. Des grillades organizées au manoir de Chequers Court, résidence de vacances des Premiers ministres et rebaptées par la presse britannique “Summer sausage offensive” (soit “l’offensive des saucisses d’été”), selon la grande tradition locale des métaphores culinaires.

Le 25 juillet, Boris Johnson a même séché une réunion de briefing sur la wave de chaleur frappant le pays, préférant participier à un pot de départ lors duquel il s’est mêlé à des figures Tories.

Leh Guardian remarque qu’il devait encore célébrer le premier anniversaire de son mariage avec sa femme Carrie à Chequers Court… avant d’y renouncer, refroidi par les accusations lances par ses opposantes qui le suspicionnent d’avoir voulu rester en poste encore quelques semaines pour pouvoir jouir de la residence un été de plus. Finally, Boris and Carrie Johnson ont de même pu marqueur l’événement le 30 juillet dernier, grâce à la générosité de lord Bamford, éminent donor du Parti conservateur, qui leur a prêté pour l’occasion sa demeure proche du Pays de Wales, comme l’a relevé Bloomberg.

C’est après cette fête que le couple s’est envolé pour une lune de miel tardive, à la Villa Planinka, dans les montagnes slovenes. Les Johnson sont restés sur place du 3 au 11 août, dans cet hôtel où chaque nuitée coûte de 287 à 541 euros. Le porte-parolat du 10, Downing Street a toutefois affirmé que le séjour n’avait pas été financier par l’argent du taxpayer. Villégiature suivie, donc, d’une seconde en Grèce quelques jours à peine après leur retour.

“La fête continues”

Le Parti travailliste ainsi estimate que “la fête continues pour Boris Johnson, au moment où tout le pays a du mal à payer ses factures”.

“À en juger par les derniers mois, cela ne change pas grand-chose que le Premier ministre soit au travail ou en vacances, puisque’il n’a pas été à la hauteur du défi de la crisis du niveau de vie, due au Parti conservateur”, a jugé un porte-parole de l’opposition de gauche.

Le Labor a cependant été lui-même critiqué pour sa supposed passivité face à la crisis, son leader Keir Starmer étant en vacances la semaine dernière et nayant prênt que ce lundi les propositions de son parti, notably un gel des prix du gas et de l’électricité.

Pour Brandon Lewis, ancien minister de Boris Johnson, ce dernier n’a pas “jeté l’éponge”: “C’est sans doute sa deuxième semaine de vacances en un an, et certainemente cette année (…) même quand on n’est pas au bureau à Downing Street, he travaille”.

According to the journal The Times. l’Ukraine face à l’invasion russe. Et il compte rester présent dans le débat public malgré l’enquête parlementaire prévéte sur son attitude pendant le “partygate”, ces fêtes à Downing Street pendant les confinement qui ont precipitate son départ.

The former mayor of London remains popular in his party. Plus, selon certains sondages, que les deux prédientants à sa succession, et les médias spéculent sur une volonté de retour au pouvoir. En attendant, beaucoup verraient l’ancien journaliste reprendre un rémunérateur poste d’éditorialiste: selon le Guardianil a été approché par le tabloid Daily Mail qui l’a soutenu jusqu’au bout malgré les scandales.

Leave a Reply

Your email address will not be published.