Carinne Teyssandier : pourquoi l’animatrice at-elle été condemned par la justice?

En 2016, puis en 2017, Carinne Teyssandier a été condmanée à une lourde mende. L’animatrice et chroniqueuse avait été poursuivie par son ancienne gouvernante.

Carinne Teyssandier a eu beau se défendre, la justice avait rendu son verdict. In February 2017, the animator was sentenced to pay 35,000 euros to her former governess. Quelques mois aupuravant, dans le cadre du plaider-coupable, la chroniqueuse de Telemat et son mari avaient été condamnés à six mois de prison avec sursis et une mende de 5,000 euros pour avoir employé, chez eux, un étranger en situation irrégulière. Accusée d’ailleurs d’avoir dissimulé son emploi entre janvier et août 2015, Carinne Teyssandier avait plaidé coupable. The plaintiff, Joanne Dimba, avait fait part de son intention de saisir les prud’hommes dans le but d’obtenir “des indemnisations financières d’environ 40,000 euros”.

“Je ne suis pas une esclavagiste”s’était-elle défendue dans les colonnes du Parisian avant d’agouter que la situation financier de son couple était très complicée et qu’ils durante payer leur mende avec le “savings plan” de leur fille. “Mon mari est pompier volontaire, il ne gagne que 1,000 euros par mois. Mais tant pis, je vais payer ma faute. J’espère surtout en terminer au plus vite et de ne plus faire les gros titres avec cette affaire. Je n’avais pas mesuré à quel point la machine médiatique peut s’emballer. Pour moi, c’est la double peine, confiait Carinne Teyssandier. Les conseillers des Prud’hommes avaient estimate que la governante exerçait comme employée de maison et que son salaire prévue (de 1,300 euros) était fictif puisque’elle ne touchait que la moitié de celui-ci pour soccuper des enfants du couple.

Carinne Teyssandier: “J’ai reçu beaucoup de soutiens”

“Je reconnais ma faute, même si j’ai fait toutes les démarches pour cette personne. Je suis condamnede pour avoir aidé quelqu’un. Le prix à payer est un peu lourd. Mais c’est comme ça. Et surtout, le tribunal a reconnu qu’il n’y avait pas eu d’exploitation, ni de travail dissimulé”, ajoutait alors Carinne Teyssandier. Après sa première condamnation, l’animatrice s’inquiétait pour les éventuelles répercussions professionneles.Je ne suis pas la première à avoir des soucis avec la justice, mais je ne sais pas. Ca va surement dépendre des retombées médiatiques. Pour l’instant, j’ai reçu beaucoup de soutiens, notably celui de William Leymergie. Il a été exemplaire. Je suis tombée dans ses bras comme si c’était ceux de mon pèredécrivait-elle au Parisien. Quand on a des problèmes, il est toujours là. En 30 ans de métier, lui aussi a été dans la tourmente. Il sait ce que c’est.”

© France 2

2/12 –

Carinne Teyssandier
In February 2017, the animator was sentenced to pay 35,000 euros to her former governess

© France 3

3/12 –

Carinne Teyssandier
Quelques mois aupuravan, dans le cadre du plaider-coupable, la chroniqueuse de Télématin et son mari avaient été condamnés à six mois de prison avec sursis et une mende de 5,000 euros pour avoir employé, chez eux, un étranger en situation irrégulière

© France 3

4/12 –

Carinne Teyssandier
Accusée d’ailleurs d’avoir dissimulé son emploi entre janvier et août 2015, Carinne Teyssandier avait plaidé coupable

© France 2

5/12 –

Carinne Teyssandier
The plaintiff, Joanne Dimba, avait fait part de son intention de saisir les prud’hommes dans le but d’obtenir “des indemnisations financières d’environ 40,000 euros”

© Instagram

6/12 –

Carinne Teyssandier
“Je ne suis pas une esclavagiste”, s’était-elle défendue dans les colonnes du Parisien avant d’agouter que la situation financière de son couple était très complicée et qu’ils durée payer leur mende avec le “plan épargne” de leur fille

© Instagram

7/12 –

Carinne Teyssandier
“Mon mari est pompier volontaire, il ne gagne que 1,000 € par mois. Mais tant pis, je vais payer ma faute”

© Instagram

8/12 –

Carinne Teyssandier
“J’espère surtout en terminer au plus vite et de ne plus faire les gros titres avec cette affaire. Je n’avais pas mesuré à quel point la machine médiatique peut s’emballer. Pour moi, c’est la double peine”

© Instagram

9/12 –

Carinne Teyssandier
Les conseillers des Prud’hommes avaient estimate que la governante exerçait comme employée de maison et que son salaire prévue (de 1,300 euros) était fictif puisque’elle ne touchait que la moitie de celui-ci pour soccuper des enfants du couple

© Instagram

10/12 –

Carinne Teyssandier
“Je reconnais ma faute, même si j’ai fait toutes les démarches pour cette personne. Je suis condamnée pour avoir aidé quelqu’un. Le prix à payer est un peu lourd. Mais c’est comme ça”

© COADIC GUIREC

11/12 –

Carinne Teyssandier
Après sa première condamnation, l’animatrice s’inquiétait pour les éventuelles répercussions professionneles

© COADIC GUIREC

12/12 –

Carinne Teyssandier
“Je ne suis pas la première à avoir des soucis avec la justice, mais je ne sais pas. Ca va sûrement dépendre des retombées médiatiques”

Leave a Reply

Your email address will not be published.