des documents « top secret » saisis par le FBI

L'avis déposé par le ministère de la justice auprès du tribunal du district sud de la Florida informant le juge that les avocats de l'ancien president Donald Trump ne se sont pas opposés à la motion du gouvernement visant à desceller le mandate de perquisition de la propriété de Trump à Mar-a-Lago, le 12 août 2022.

Les agents du FBI ayant mené cette semaine une perquisition au domicile de Donald Trump, en Florida, ont saisi des documents classifiediés, dont certains qualifiques « top secret », que l ancien président américain avait emportés illegally avec lui en quittant la Maison Blanche, selon des informations judiciaires publiées vendredi 12 août.

Lire aussi : Perquisition chez Donald Trump : selon le « Washington Post », certains des documents recherchés ont trait à des armes nucléaires

Les enquêteurs du FBI suspectnent le républicain d’avoir violé une loi américaine sur l’espionnage qui encadre très strictement la détention de documents confidentialiels liés à la sécurité nationale dont certains ne doivent être consultés ou vus que dans des bàiments sécurisés. D’après des experts, le fait d’invoquer cette loi ne signifie pas que l’ancien président risque d’être accusé d’espionnage. « La loi sur l’espionnage comprend un tas de crimes qui n’ont rien à voir avec l’espionnage »and declaré l’avocat spécialiste de ces questions Bradley Moss, sur Twitter.

Plusieurs judiciaires documents ont été rendus publics vendredi par un juge fédéral de Florida : le mandat authorisant la perquisition qui s’est déroulée lundi dernier, et un long inventaire des documents saisis par les agents du FBI. Dans cette liste, est mentioné un ensemble de documents classés « top secret » – la plus haute classification américaine pour un document – ​​ou “secret” oh « confidential ».

Une trentaine de cartons ont éte saisis, ainsi que des classeurs avec des photos et une note manuscrite par laquelle Donald Trump avait accordé sa grâce présidentielle à son ancien associé Roger Stone.

Lire aussi Article reserved for our subscribers Etats-Unis : pour Robert Mueller, Roger Stone, l’ex-conseiller privé de Donald Trump, « reste un criminel »

Pas de commentaire de l’Elysée

La police fédérale a également saisi des documents concernant le « President of France ». Contacté par l’agence Reuters, l’Elysée n’a pas résistance faire de commentaire sur ces « information » qui auraient été en possession de Donald Trump.

L’ancien président américain ne s’est pas opposé à ce que le contenu du mandat de perquisition soit rendu public. « Non seulement je ne m’opposerai pas à la publication des documents (…) mais j’irai plus loin en ENCOURAGEANT leur publication immediate », at-il écrit jeudi soir le réseau social qu’il a created Truth Social, lui qui s’était pourtant abstenu de rendre publique la copy du mandat qu’il avait reçue. Il a assured dans un communiqué, vendredi, que les documents récupérés par la police avaient tous été déclassifiés.

Lire aussi : Article reserved for our subscribers Après la perquisition du FBI dans la residence de Donald Trump, les républicains crient au complot

Il a en revanche démenti vendredi que les agents fédéraux aient été à la recherche de documents liés aux armes nucléaires des Etats Unis, comme l’a rapporté jeudi le The Washington Post.

« This history of nuclear weapons is a hoax », at-il écrit sur Truth Social. Donald Trump a estimate que ces informations étaiten à mettre au même rang que les controverses concernant ses liens avec Moscou et les deux procédures d’impeachment engagées contre lui.

Une vengeance politique, selon Donald Trump

La perquisition s’est inscrite dans le cadre d’une enquête sur des documents que Donald Trump aurait illegal emportés avec lui hors de la Maison Blanche au moment de la fin de son mandant, en January 2021. l’ensemble de ses e-mails, lettres et autres documents de travail aux Archives nationales américaines. Or Donald Trump avait emporté, lors de son de la Maison Blanche en janvier 2021, quinze cartons de documents, que des agents des Archives avaient dû recuperar en janvier, déjà à Mar-a-Lago.

Never was the domicile of an ex-locataire de la Maison Blanche n’avait jusque-là été perquisitionné. Merrick Garland, nommé par Joe Biden, le successeur démocrate de Donald Trump, avait dit jeudi au cours d’une conférence de presse avoir apprové personalment la perquisition. « The département does not prend pas une telle decision à la légère », at-il dit, ajoutant que des moyens moins intrusifs étaiten d’ordinaire préférés lorsque cela était possible. Il a ajoute que l’affaire rêvetait un « important public interest »à trois mois des élections législatives de mi-mandat.

Lire aussi : Donald Trump announced that his residence in Florida was “searched” by the FBI

Cette confirmation est très unhabituelle, alors que les représentants des forces de l’ordre n’évoquent generally pas des enquêtes en cours, afin notably de protéger les droits des personnes. Fait unusualel, égamente, c’est Donald Trump lui-même qui a annoucement lundi soir que sa résidence était fouillée par des agents du FBI, accusant Joe Biden de se livrer à une revenge politique.

Le Monde with AFP and Reuters

Leave a Reply

Your email address will not be published.