he a retrouvé Patrick Montel deux ans après son éviction de France Télévisions !

La passion est impermeable au temps qui passe“, constatait avec émotion Patrick Montel lors de ses adieux en novembre 2020 sur le plateau de Stade 2, prêtente par Matthieu Lartot. Sans aucun doute l’une des voix du sport Français, il a commenté plus d’une trentaine de disciplines au cours de sa career. Yet, sa passion, sa verve et ses envolés restent associés à l’athlétisme. Du titre olympique de Marie-José Pérec (à Barcelona, ​​en 1992) au world record du monde d’Usain Bolt sur 100 mètres (championnats du monde à Berlin, en 2009), en passant par son “alors peut-être” accompagnant la folle remontée de la Française Floria Gueï lors du relais 4×400 mètres (championnats d’Europe à Zurich, en 2014), il a été le témoin privilegé des exploits des Dieux du stade durant trois decennie. Écarté puis remercié par France Télévisions il ya presque deux ans, Patrick Montel, 69 ans, n’a pas pour autant raccroché casque et micro.

Une rupture avec France Télévisions difficile à digérer

Télé-Loisirs : Comment avez-vous refermé la page France Télévisions ?

La suite sous cette publicité

Patrick Montel: Avec du temps. C’était une très belle histoire d’amour. Les ruptures étant toujours douloureuses, j’ai eu besoin d’un an pour faire mon deuil. Puis, le Covid and tout balayé. Alors qu’il n’y avait plus de compétitions sportives, j’ai publié des vidéos d’archives sur ma page Facebook Radio Montel qui ont trouvé un public. Ensuite, je me suis interéssé à Monsieur et Madame Tout le monde. Ces gens qui pratiquent le sport en amateur, qui réalisent leurs propres exploits, mais dont he ne parle jamais. J’ai donc tendu mon micro à ceux qui s’engagent sur des efforts de longues durées, comme les marathoniens, les triathletes et les trailers. J’ai réussi à fédérer une communauté qui tend aujourd’hui vers les 200,000 abonnés.

What are your means and your objectives?

He is suis bénévole. Thanks to technology and digital technology, it is possible to make television with a smartphone and an Internet connection. Je me dis qu’il ya peut-être une place pour développer un média indépendant qui défend les valeurs du sport dans lesquelles je crois profoundly : la bienveillance, le partage et la tolerance.

La suite sous cette publicité

Patrick Montel: “A Munich, j’ai pris un pied fou !”

Vous étiez tout de même présent dans les tribunes du Stade olympique de Munich pour suivre les derniers championships d’Europe d’athlétisme…

Oui… Je suis retourné à mes premières amours. I requested and received an accreditation. Je ne crois pas l’avoir obtenue au premier tour. J’étais comme un gamin car pour la premiere fois Radio Montel avait ce sésame. Et ceci sans le moindre piston ni réseau. C’est une belle reconnaissance et une grande fierté.

Elle est nowres enfraudde ?

Non… Elle est avec les autres, mais c’est vrai qu’elle a un parfum particulier.

Comment les athlètes vous ont-ils accueille dans les coursives du stade?

It was great. Il n’y a pas un atlète qui m’a fermé la porte au nez. Certaines étaiten plus bienveillants car nous entretenons une relation personnelle… Il ya aussi tout ceux que ne je ne connaissais pas. Toute ces jeunes qui viennent d’integrar l’équipe de France. Ils ont fait preuve de respect et d’une incroyable gentillesse à mon égard. C’était vraiment un très beau moment. Je me suis regalé, j’ai pris un pied fou !

La suite sous cette publicité

Des commentateurs sportifs trop ternes

Votre voix reste associatede à l’athlétisme. Comment l’expliquez-vous?

Je n’ai pas plus de talents que les autres, mais à l’époque où j’officiais il y avait moins de concurrence. Il y avait Thierry Roland, Robert Chapatte, Roger Couderc… Je dois être l’une des dernières voix identifiques. Je reconnais que j’en profite. Il ya de la nostalgia bien sûr, mais pas seulement. J’ai l’impression que les gamins que je rencontre aujourd’hui ont grandi avec mes commentaires. S’ils font de l’athlétisme aujourd’hui, j’y suis peut-être un tout petit peu pour quelque chose. Pas beaucoup, mais…

Et certainly also pour la passion qui transpire dans vos commentaires…

Je crois en la passion et en l’émotion. Aujourd’hui, he is un peu frustrated par rapport à cela… Le commentaire sportif est entré dans une ère beaucoup plus calme, plus éthérée, plus technique et posée. Aujourd’hui, les chaînes font appel à des gens qui disent certainly moins de bêtises, mais qui s’enflamment moins. Il ya certainly une nostalgia des grandes envolées lyriques et de ces personnalités qui transportaient les gens. L’émotion a disparu. C’est dommage car le sport doit faire rêver et selon moi le commentaire passionatené est le meilleur transport pour les rêves.

La suite sous cette publicité

Une évolution provocée par les réseaus sociaux?

Evidently! Les grandes chaînes are now frileuses avec ce retour de bâton qui peut être terrible. Désormais, le moindre dérapage ou la plus petite faute de carre est sanctionné d’une manière extremely violente. Les diffusers essaient de se prémunir de ça. Je comprends très bien. Quand on est passionné, transporté, il n’y a plus de parapet… et là on peut committre des erreurs. Thierry Roland a fait des sorties qui aujourd’hui sont inimaginables. Comme toutes les grandes voix du passé. Aujourd’hui, ils seritant véritablement désosses sur les réseaux sociaux. Alors oui la passion est dangereuse, mais pour moi elle est vitale.

Patrick Montel: “J’ai une grande gueule et je ne suis pas près de la fermer!”

Avoir près de 200,000 subscribers est une sorte de revanche pour vous?

Pas du tout! Peut-être qu’à mon départ de France Télévisions je n’aurais pas eu la même réponse. Mais aujourd’hui, j’ai fait mon deuil. Frankly, there is n’ai aucun esprit de revanche. Par contre, j’ai de l’appétit pour faire grandir Radio Montel en vue des Jeux olympiques. Si ma communauté pursue son évolution, je vais gagner en crédibilité. Le but n’est pas de gagner de l’argent, mais faire émerger les valeurs que je défend. Le sport permet d’être en bonne santé et surtout d’accepter l’autre! Quand vous courrez avec quelqu’un, que vous transpirez et que vous souffrez avec lui, vous n’en avez rien à f***** de savoir si votre compagnon est bleu, vert, jaune ou blanc. S’il est ouvrier ou patron. S’il est Français ou étranger. Tout ça disparaît et il ne reste que le partage.

La suite sous cette publicité

Et si une chaîne de télévision ou une radio prend contact avec vous pour Paris 2024 ?

Je lui demande combien je lui dois ! Je ne parle pas d’être bénévole. Je suis prêt à payer pour être present lors de ces Jeux. Ne pas y être signifierait certainly la fin pour moi… et commenter unequivocally pour mon chat Nicole serait sympa, mais rapidement ennuyeux. Alors oui j’ai une grande gueule ! Mais je défend des belles valeurs et je ne suis pas près de la fermer ! Je n’aime pas le lisse. Il faut redonner à la passion et à l’émotion la dimension qu’elles méritent!

Leave a Reply

Your email address will not be published.