he vous explique pourquoi l’UE veut réformer le marché européen de l’électricité dont le prix depend de celui du gaz

Dans quelques années, comme seront déterminés les prix de l’électricité au sein de l’Union européenne? La question, aussi technique que politique, agite les Vingt-Sept à l’heure d’une crisis de l’énergie qui touche tous ses membres. Lundi 29 août, depuis la Slovenia, Ursula von der Leyen a announce une “emergency intervention and structural reform of the electricity market”. For the President of the European Commission, “la flambée des prices de l’électricité montre clairement les limits du fonctionnée actuel du marché”.

>> Crises de l’énergie : suivez en direct les dernières informations

The reform, called for by Ursula von der Leyen, will be on the menu of a meeting of the ministers of energy of the EU, vendredi 9 septembre, à Bruxelles (Belgique). Elle promet d’être ardemment débattue entre les différences Etats-membres. How does the European electricity market work? Quelle réforme est envisable? Franceinfo fait le point sur une petite révolution que pourrait mener l’Europe pour limiter les conséquences de la war en Ukraine.

Le prix de l’électricité explose car il est indexé sur celui du gaz

Conçu dans les années 1990s, le marché de gros de l’électricité se base sur le mechanism suivant : c’est le prix de revient de la dernière source de production mobilisée pour équilibrer l’offre et la demande d’électricité, generally les centrales au gaz, qui determine le prix imposé à tous les opérateurs. En d’autres termes, pour équilibrer l’offre et la demande d’électricité, he s’intères au cost necessaire pour produire un mégawattheure (MWh) supplémentaire, afin de satisfier une demande croissante. C’est ce qu’on appelle le cost marginal. Or, ce sont les centrales thermiques, au gaz, qu’il faut mobiliser lorsque la demande est forte. C’est pour cela que le prix de l’électricité est corrélé au prix du gas.

Dans le contexte préalé aux pénuries de gas russe, le prix de l’électricité issue du gaz était très faible. Consequently, the price of electricity was weak. Les énergies rénovéables, elles, ont pu profiter de ce système pour se développer sans que leur cost, d’abord très élevé, ne freine leur montée en puissance.

Désormais, les énergies rénovéllables produce de l’électricité à bas cost, tandis que le gas a vu son prix flamber, en raison de la baisse des livraisons russes. Le prix de l’électricité, largemente indexé sur le gaz, a donc flambé : fin août, son prix pour une livraison début 2023 reach 950 euros le mégawattheure en Allemagne. In France, la barre de 1,000 euros a même été franchie, contre 85 euros en moyenne à la fin de l’été 2021.

Plusieurs pays, dont l’Allemagne, se sont résolus à une réforme recently

La France réclame depuis un an une réforme d’un système jugé “obsolete” qui empêche les consommateurs français de beneficiar pleineme des bas costos offerts par le nucléaire. En Espagne, le gouvernement se plaint aussi de devoir payer des prices aligned sur le gaz alors que le pays a massivement investi dans les énergies renouvelables.

Une dizaine de pays du nord de l’UE, comme l’Allemagne, s’opposaient encore à toute réforme, à l’automne 2021. Ils s’y sont depuis convertis. The market “ne peut pas être décrit comme fonctionnel s’il conduit à des prix aussi élevés”and recently fustigé le chancelier allemand Olaf Scholz.

Plusieurs pistes de réformes sont évoquées

Hormis l’Espagne et le Portugal, autorisés à impose un plafond aux prix énergétiques en raison de leurs faibles connexions aux réseaus européens, les pays de l’UE se plient pour l’heure aux règles de ce marché européen.

Plusieurs pistes sont aujourd’hui évoquées pour cette réforme du markete européen de l’électricité. En premier lieu, des pays comme la France et l’Autriche prônent la solution du découplage, c’est-à-dire une déconnexion forcée du prix de l’électricité de celui du gaz. The whole will permit par exemple aux consommateurs français de benefiteur d’une électrique moins chère grâce au nucléaire, même si 32 des 56 réacteurs français sont aujourd’hui à l’arrêt.

La République chèque, qui occupe la presidencia tournante de l’UE, propose quant à elle “un plafonnement des cours du gas destiné à produire de l’électricité”tandis que la Belgique réclame plutôt “un blockade des prix” de l’électricité.

The debate within the EU can last several months

C’est là où le bât blesse. Une réforme ne sera pas “spontaneously consensuald’après un diplomate européen cité par l’AFP. La Commission devrait lancer une étude d’impact à l’automne, on peut espérer une proposition en début d’année prochaine”, selon lui. Le débat “durera plusieurs mois, voire jusqu’à deux ans en cas de propositions législatives”anticipe ainsi Nicolas Berghmans, expert à l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), cité par l’AFP.

Leave a Reply

Your email address will not be published.