In the United Kingdom, energy tariffs will increase by 80% from October

D'après l'université de York, 58% des ménages britanniques sont menacé de pauvreté énergétique dès l'an prochain.

Les ménages britanniques sont prévenus : ils peuvent s’attendre à voir leurs factures d’énergie flamber, literally. Les tarifs réglementés de l’énergie vont augmenter de 80% à partir d’octobre. Result : en pleine crisis du cost de la vie, les factures de gaz et d’électricité potrouint encore augmenter l’an prochain, a annoucé vendredi 26 septembre Ofgem, le régulator britannique du sector.

Le plafond va passer de 1,971 livres (2,332 euros) par an par foyer moyen à 3,549 livres (4,198 euros) à partir d’octobre. Les prix de l’énergie ont ainsi presque triplé en un an pour 24 million de ménages – soit environ 85% de la population – dont la facture annuelle s’élevait en moyenne à 1,277 livres (1,509 euros) en October 2021. Pour les quelque 4.5 million de clients titulaires de counters à prépaiement, la facture augmentera en moyenne de 59 livres (70 euros). Et, au regard de la tendance actuelle des cours du gaz, l’Ofgem avertit que « les prix pourauint empirer considerably tout au long de 2023 ». Il appelle le gouvernement à apporter des aides “urgent” en pleine crise du cost de la vie.

« The rise reflects the continued progression of the world’s major gas markets, which started with déconfinements after the Covid-19 pandemic; ces cours ont été poussés à des niveaux inédits quand la Russie a lentement interrompu ses approvisions de gas à l’Europe »argue l’Ofgem.

Ce seuil étant calculé d’après la moyenne des cours de gros du gas pending les mois précédents, les experts s’attendent qu’il soit relevé à plus de 4,000 livres en janvier et jusqu’à 6,000 livres au printemps selon les projections les plus pessimists, ce qui devrait attiser une inflation déjà à plus de 10% l’an au Royaume-Uni.

« Nous avons conscience de l’impact massive que cette hausse de plafond tarifaire aura sur les ménages à travers la Grande Bretagne et les décisions difficiles que les consommateurs vont devoir prendre »and commenté Jonathan Brearley, directeur général d’Ofgem.

L’Ofgem précis que le plafond prévist un “modest” benefit pour les providers sur les ventes d’énergie aux ménages, mais que, « contrairement aux producteurs d’énergie, la plupart des distributors ne font actuellement pas de profits ».

Lire aussi : Article reserved for our subscribers In the United Kingdom, the “crise du cost de la vie”

Rabais pour les ménages vulnerables et les retraités

Patronat, suppliers et associations appellent à une action gouvernementale immediate pour éviter un choc “dramatic” pour les ménages modestes, already confronted with an inflation of plus de 10%, la plus forte des pays du G7, tandis que l’économie britannique est au bord de la recession. D’après l’université de York, les deux tiers des ménages au Royaume-Uni seront plongés dans la précarité énergétique d’ici à janvier 2023.

« He observed une situation de très grand stress chez nos clients. La dette moyenne par client a augmented de 30%, à 167 livres. Je dirais qu’environ un tiers de nos clients sont en situation de précarité énergétique, et 20% de plus pouraurent le devenir »emphasizes Philippe Commaret, directeur commercial d’EDF pour le Royaume-Uni, interrogé par l’Agence France-Presse.

Lire aussi : Article reserved for our subscribers Au Royaume-Uni, un « été du mécontentement » fait descendre la population dans la rue

Le ministre de l’économie et des finances, Nadhim Zahawi, a, lui aussi, reconnu que « les annonces de plafonds de prix de l’énergie vont cause stress et anxiété chez beaucoup de gens, mais l’aide arrive, avec 400 livres de rabais sur les factures d’énergie pour tous, 650 livres pour les ménages vulnerables, et 300 livres pour les retirees ».

« While Putin makes the price of energy to avenge the courageous struggle of Ukraine for freedom, he works without a break to get new aid »at-il assured, à quelques jours de l’annonce du nom du successor de Boris Johnson à Downing Street.

La favorite pour remplacer Boris Johnson, la très thatcherienne Liz Truss, avait jusque-là privilegé les baisses d’impôts plus que les aides directes, qu’elle qualifie régoutée de « bandages ». On Friday, elle a semblé assouplir sa position, dans une tribune parue dans le Daily Mail : « Si je suis éléue chef du parti conservateur et premier ministre, je prendrai des mesures décisives en arrivant à Downing Street en ce qui concerne des aides immediates, mais je m’attaquerai aussi aux racines du problème. »

Lire aussi : Article reserved for our subscribers Les ménages britanniques accablés par la hausse des factures d’énergie

Le Monde with AFP and Reuters

Leave a Reply

Your email address will not be published.