“J’ai fini par être oblige de céder”, le témoignage d’une nouvelle victime presumée de viol

Le procès de Benjamin Mendy s’est poursuivi ce mercredi avec une nouvelle journée d’audience au tribunal de Chester. Le témoignage d’une plaintiffe accusant le champion du monde d’un viol en juillet 2021 a été diffusion.

Nouvelle journée de témoignage au tribunal de Chester, où le procès de Benjamin Mendy, accusé de huit viols, une tentative de viol et une agression sexuelle, s’est ouvert le 10 août dernier. Ce mercredi, le témoignage d’une victime présumée de viol, enregistre par la police en février 2022, a été diffuss.

>> Le procès de Benjamin Mendy EN DIRECT

Les faits décrits par la plaintiff remontent au 23 juillet 2021. Elle dit avoir été invitéte au domicile du joueur et avoir accepté de s’y rendre, précisant que Louis Saha Matturie, co-accusse dans cette affaire, lui a payé le taxi pour la conduire sur place La plaintiffe explique qu’à son arrivée, trois autres femmes étaiten présentes.

“Je me souviens que sa façon de parler était assez directe et crue”

À un moment de la soirée, Mendy lui a sendé des messages pour lui demander de descendre. Trouvant cela “étrange”, elle dit être tout de même venue. “On a fini par s’embrasser et il a baissé son pantalon, raconte-t-elle. Je lui ai dit ‘je ne fais rien’. Il a répond ‘que veux-tu dire?’ Je me souviens que sa façon de parler était assez directe et crue. Il était du genre ‘tu ne me fais pas confiance’.” La plaintiffe a ensuite expliqué qu’elle n’avait effeciente pas confiance car elle avait rencontre Mendy pour la première fois seulement trois jours plus tôt.

According to the alleged victim, the former OM and AS Monaco player used particularly direct words. “Il était là du genre ‘toutes ces femmes veulent baiser avec moi’. Je crois qu’il me disait des choses pour me convaincre de faire des trucs avec lui”, added the plaintiff. Elle dit avoir réponé: “Je ne veux pas faire quoi que ce soit de ce genre, je suis juste venue boire un verre. Pour essayer de le calmer, la plaintiffe dit avoir répliqué à Mendy qu’elle ne prenait pas la pilule.” Rien ne le gênait”, ajoute la plaintiffte.

La plaintiffe assures qu’elle était sobre à ce moment-là et donc tout à fait “consciente de la situation”. Elle aurait declaré à Mendy: “Je ne te connais pas, je préfère d’abord apprendre à connaître quelqu’un.” Elle assure que Mendy lui a demande une fellatio, ce à quoi elle a réponsive “non”. Le joueur aurait répété sa demande “plusieurs fois”, en ajoutant que, si elle partait “personne ne lui adresserait la parole”.

“C’était comme parler à un mur”

“Je ne savais pas quoi faire à ce moment-là, j’avais donné toutes les excuses possibles pour me sortir de cette situation”, added the plaintiff, notably celle de devoir aller travailler. “C’est comme si rien de ce que je disais ne lui faisait tilt, c’était comme parler à un mur, ajoute la plaintiffe. J’ai fini par être obligie de céder, il n’y avait rien d’autre que je puisse dire ou faire.”

La victime presumée précise ensuite les circonstantes du viol: “J’ai dû me mettre à quatre pattes. Il était derrière, avec sa main sur mon dos. J’ai dit ‘non’. Il m’a réponsive ‘laisse moi’. ” La plaintiffe confirme qu’ils ont “fini par avoir une relation sexuelle”. “Ce n’était pas long, dans les 20 secondes et c’était fini”, ajoute-t-elle. La plaintiffe a precis lui avoir dit plusieurs fois: “Je ne veux rien faire, je ne te veux pas.” Il aurait responded: “c’est petit, ne t’inquiète pas”.

La plaintiffe répète qu’elle n’était pas consentante: “Durant tout le temps que ça a duré, il savait que je ne voulais pas ça, appui-t-elle lors de son audition. Il continuait à s’approcher et à insister , is ne pouvais plus rien faire d’autre.” A son retour à l’étage, la plaintiffe dit avoir declarée à son amie que “quelque chose s’était passé mais pas quelque chose que je voulais”. L’amie en question lui aurait réponse: “Deux gars l’ont empêchée de descendre et lui ont demandé de ne pas y aller.”

La plaintiffe relancée sur la notion de consentement lors du contre-interrogatoire

Durant les jours qui ont suivi le viol presumé, la plaintiffe confie s’être sentie “sale”, “honteuse”, précisant qu’elle ne voulait même pas “se toucher sous la douche”. Elle assure avoir ensuite reçu plusieurs messages de Mendy lui demandant de “venir le voir”. Alors que Mendy a été arrêté par la police, la plaintiffe raconte avoir reçu un message d’une de ses amies, lui demandant si elle avait parlé. La victime presumée lui a dit que non, qu’elle n’avait pas parlé à la police. La plaintiffe précis qu’elle était “trop ​​effrayée” pour aller porter plainte: “Je ne voulais pas penser à ce qu’il s’était passé.”

Relancée sur la notion de consentement lors du contre-interrogatoire, la victime presumée a répété qu’elle n’avait jamais dit oui au footballeur. “Monsieur Mendy no vous a pas violée, si?”, and interrogé l’avocate de Mendy. “Il l’a fait”, replied the plaintiff. L’avocate insiste sur la notion de consentement, demandant notably ce que la plaintiffe pensait faire en rejoignant Mendy en bas. La plaintiffe répète avoir été agressée sexuelement et n’avoir consenti à aucun moment.

Leave a Reply

Your email address will not be published.