La Nasa s’apprête à (re)décrocher la Lune

publié le mercredi 24 août 2022 à 22h48

Cinquante ans après le dernier vol d’Apollo, l’heure est come pour Artémis de prendre le relais: la fusée la most puissante du monde s’apprête à faire son baptême de l’air lundi depuis la Florida et à lancer du même coup le program américain de retour sur la Lune.

Certes, il s’agit d’un vol test , sans équipage à bord. Mais pour la Nasa, qui se préparé à ce décollage depuis plus d’une decennie, l’événement est highly symbolique.

Il doit incarner l’avenir de l’agence spatiale, et prouver qu’elle est toujours capable de rivaliser, notably face aux ambitions de la China ou de SpaceX.

Autour de Cap Canaveral, les hôtels affichent complet, avec entre 100,000 et 200,000 personnes attendues pour assister au spectacle, prévue à 08H33 heure locale lundi.

Du haut de ses 98 mètres, l’engin orange et blanc trône déjà depuis une semaine sur le pas de tir 39B du center spatial Kennedy.

Depuis qu’il a été sorti, “vous pouvez sentir l’excitation, l’énergie est montée d’un cran, c’est vraiment palpable”, a declaré lors d’une conférence de presse Janet Petro, la directrice du center.

The purpose of this mission, baptized Artémis 1, is to test in real conditions the SLS fusée (for the Space Launch System), and the Orion capsule à son sommet, où prendront place les astronautes à l’avenir.

Pour cette fois, seuls des mannequins sont à bord, équipés de capteurs permissant d’engestor vibrations et taux de radiations.

Des caméras embarquées will allow you to follow this voyage of 42 days in total. Un spectacular selfie avec la Terre et la Lune en arrière-plan est au programme.

L’objectif principal est de tester son buclier thermique, qui à son retur dans l’atmosphère terrestre devra supporter une vitesse de près de de 40,000 km/h, et une temperature moitié aussi chaude que la surface du Soleil.

– “Incredibly difficile” –

Des thousands of people have contributed to this mission, across 50 American states and several European countries.

Lundi, la fenêtre de tir s’étend sur deux heures, et des dates de repli sont le 2 ou 5 septembre.

Mis à part ce facteur incontrôlable, tout est prêt: les responsables de la Nasa ont donné leur feu vert au décollage après une ultime inspection lazada.

Ce qui ne veut pas dire que tout se droulera sans imprévus en vol, ont-ils averti. “Nous faisons quelque chose d’incroyablement difficile, et cela comporte des risques inhérents”, underlined Mike Sarafin, en charge de la mission.

Despite the numerous preliminary tests, the different elements of the capsule and the fuse (which are not reusable) will be assembled for the first time. Ce qui pourrait réserver des surprises.

La Nasa a promis de pusher le véhicule jusqu’à ses limites. La mission se poursuivra par exemple même si les panels solaires d’Orion ne se déploient pas comme prévue – un risque qui ne serait pas pris avec un équipage.

Mais un échec complet resterait dévastateur, pour une fusée au budget faramineux (4.1 milliards par launch, selon un audit public) et en retard (commandée par le Congrès américain en 2010, avec un décollage initialement attendu pour 2017).

– Objectif Mars –

Alors que le program Apollo n’avait permis qu’à des hommes blancs de marcher sur la Lune, le program Artémis compte lui y envoyer la première femme et la première personne de couleur.

Après cette première mission, Artémis 2 emportera des astronautes jusqu’en orbite autour de la Lune, sans y atterrir. This honor will be reserved for the crew of Artémis 3, scheduled for no later than 2025.

Mais pourquoi, au juste, refaire ce qui a déjà été fait?

Cette fois, la Lune ne sera en réalité qu’un tremplin vers Mars.

Unlike the one-off missions of Apollo, the goal of Artémis is to establish a durable human presence on the Moon, with the construction of a space station in orbit around it (Gateway), and a base on the surface.

Toutes les technologies nécessaires pour envoyer des humans sur la planete rouge douvent y être testées. Et Gateway servira de point d’étape et de ravitaillement avant ce long voyage de plusieurs mois minimum.

“Je crois que (le program Artémis) will inspire encore davantage que ne l’a fait Apollo”, declared Bob Cabana, ancien astronaute aujourd’hui administrateur associé à la Nasa. “Cela va être absolument extraordinaire.”

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.