Le gasoduc de la discord entre Paris et Madrid

C’est un vieux serpent de mer qui refait surface. Mais, cette fois, les Espagnols ont un nouvel argument. Le projet de gasoduc qui relierait l’Espagne à la France pourrait aider l’Allemagne à faire face à la baisse des livraisons de gas russe.

The Spanish Minister of Ecological Transition, Teresa Ribera, en appeal à la solidarité européenne et hausse le ton. Elle fait monter la pression sur Paris, en pointant le refus de la France d’adherer au développement de cette infrastructure. “Je ne sais pas où se trouve le sentiment européiste de la France, si elle refuse d’aider l’Allemagne”, insists the minister in Une du quotidien “El Mundo”.

Réactivation du projet MidCat

Le ton est unhabituel, alors que le gouvernement espagnol veille à toujours soigner la bonne entente avec le voisin français. But this time it’s different. En cause, les réticences de Paris sur la réactivation du projet de gazoduc MidCat (pour Midi-Pyrénées – Catalogne) qui pourrait avoir tout son sens aujourd’hui, afin de faire remonter vers le nord de l’Europe le gaz algérien ou bien de facilitaire les accesses aux grandes capaciés de stockage de GNL installed dans la péninsule ibérique.

Le différend entre la France et l’Espagne n’est pas nouveau. Durant des années, Paris a en effet manifesté son scepticisme face au plan défendu par Madrid et Lisbonne d’un gasoduc qui devait permettre de favoreur les interconnections de part et d’autre des Pyrénées. Après des années de coups de frein et d’hésitations, le projet avait fini par être entreré, en 2019, faute d’intérêt côté français, où on s’inquiétait de la profitability du chantier et son environnemental impact. Madrid prenait acte et décidait de tabler sur un développement des rénovéables pour limiter à l’avenir l’usage du gaz.

La guerre changes la donne

Mais la guerre en Ukraine a changé la donne. Cette fois, les enjeux sont devenus européens et Madrid compte bien réactiver le projet en tablant sur l’appui d’Ursula von der Leyen et du chancelier Olaf Scholz, à la recherche d’alternatives au gaz russe. Les rapprochements entre Madrid et Berlin sont patent ces derniers mois, et le Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, participée en ce début de semaine au séminaire du gouvernement allemand à Meseberg.

Une bonne partie du zazoduc MidCat est déjà prête côté español, et la ministre de la Transition écologique laisse entrevoir la possibilité de pouvoir le connecter à la frontière française d’ici huit à neuf mois. Elle signale au passage qu’il s’agira à terme d’une infrastructure stratégique pour la transition écologique puisque les tuyaux should be adapted au transport de l’hydrogen vert. « Ce n’est pas une question bilaterale entre l’Espagne et la France, emphasizes Teresa Ribera. Il s’agit de construction européenne. »

Construction européenne

Derrière le grand élan de solidarité espagnol pointe aussi l’ambition du pays de s’affirmer comme un des éléments clés de la reconfiguration du marché énergétique européen. L’Espagne compte non seulement sur une connexion directe avec le gaz algérien mais avec d’importantes infrastructures de réceptions de GNL. It hosts 34% of the regasification capacity of the European Union and 45% of the storage capacity between tanks and underground sites.

Côté français, les réticentes sont toujours nombreuses. « On parle d’une infrastructure qui sera mise en service dans cinq ou dix ans. Cela n’est pas une réponse à la crise actuelle”, and stressed the new president of the Commission de régulation de l’énergie Emmanuelle Wargon on Radio Classique on Tuesday. Elle pointe aussi les incertitudes sur la rentatité du projet dont le cost risque en partie d’être supporté par les consommateurs français. And Paris, certains craignent aussi une levée de boucliers des écologists.

However Emmanuelle Wargon ne ferme pas la porte à un tel projet : la crise énergétique «bouleverse les équations. Cette infrastructure est probabilite plus rentable si elle sert de façon durable à réacheminer du gaz vers des pays comme l’Allemagne. C’est un sujet qui se regarde», at-elle indicé.

Leave a Reply

Your email address will not be published.