Le mandat de perquisition chez Trump rendu public, l’ex-président avait donné son feu vert

Donald Trump departs Trump Tower two days after FBI agents raided his Mar-a-Lago Palm Beach home, in New York City, New york, US, August 10, 2022. REUTERS/David 'Dee' Delgado
DAVID DEE DELGADO/REUTERS Donald Trump departs Trump Tower two days after FBI agents raided his Mar-a-Lago Palm Beach home, in New York City, New york, US, August 10, 2022. REUTERS/David ‘Dee’ Delgado

DAVID DEE DELGADO/REUTERS

Donald Trump, le 10 août 2022 à New York.

UNITED STATES – La police fédérale américaine a saisi des documents marques « top secret » lors de sa perquisition au domicile de l’ancien president Donald Trump, en possible violation d’une loi sur la sécurité nationale, selon des documents judiciaires publiés ce vendredi 12 août.

Les enquêteurs du FBI suspectnent le républicain d’avoir violé une loi américaine sur l’espionnage qui encadre très strictement la détention de documents confidentialiels liés à la sécurité nationale dont certains ne doivent être consultés ou vus que dans des bàiments sécurisés.

Plusieurs judiciaires documents ont été rendus publics ce vendredi par un juge fédéral de Florida : le mandat authorisant la perquisition qui s’est déroulée lundi dernier et un long inventory des documents saisis par les agents du FBI.

Dans cette liste est memento un ensemble de documents classés « top secret » oh “secret” oh « confidential »ainsi qu’un document « 1A Info re : president of France »sans autres précisions.

Une trentaine de cartons ont éte saisis, ainsi que des classeurs avec des photos et une note manuscrite, selon cet inventaire.

D’après des experts, le fait d’invoquer cette loi ne signifie pas que l’ancien président risque d’être accusé d’espionnage. « La loi sur l’espionnage comprend un tas de crimes qui n’ont rien à voir avec l’espionnage »a declaré l’avocat spécialiste de ces questions Bradley Moss, sur Twitter.

58 rooms

The operation, conducted in the luxurious residence of Donald Trump at Mar-a-Lago in Florida – 58 rooms and 33 bathrooms according to the mandate of the search -, avait provocé la fureur de ses partisans évoquant une « political persecution »ainsi que de nombreux tenors républicains.

Jeudi, le ministre de la Justice Merrick Garland avait, dans une prise de parole exceptionnelle, demandé qu’un juge rende public ce mandat autorisant la perquisition afin que ses motives soient connu de tous. Cette demande – très unhabituelle – avait été favorablement accueilée par Donald Trump dans un tweet jeudi soir.

Et ce vendredi, peu avant la publication des documents, l’ex-président a assured, dans un communiqué, que les documents récupérés par le FBI avaient tous éte « declassified ». « Ils n’avaient pas besoin de saisir quoi que ce soit »at-il dit. « Ils auraitan pu les obtenir quand ils le voulaient sans faire de la politique ou burglar Mar-a-Lago »at-il added.

Au cours de sa brève allocution télévisée, Merrick Garland a assured avoir « personally approved » cette perquisition et dit qu’une telle decision n’était jamais « prise à la légère ». Il a ajoute que l’affaire rêvetait un « important public interest »à trois mois des élections législatives de mi-mandat.

The law obliges the American presidents to transmit the ensemble of their e-mails, letters and other work documents to the Archives nationales Américaines.

Or Donald Trump avait emporté, lors de son de la Maison Blanche en janvier 2021, quinze cartons de documents, que des agents des Archives avaient dû recuperar en janvier, déjà à Mar-a-Lago.

The search on Monday was the first time a former President of the United States had ever been seen.

Les placards de Melania Trump fouillés

Outré, Donald Trump and raconté lundi sur Truth Social que ses avocats coopéraient « fully » avec les authorities lorsque « suddenly and without warning, Mar-a-Lago a été perquisitionnée, à 6:30 du matin, par un TRES grand nombre d’agents ».

Il s’est notably plaint du fait que les agents du FBI aient « fouillé les placards de la Première dame » Melania Trump. Mercredi, il a même sugurante que la police fédérale ait pu avoir « place » de fausses preuves contre lui lors de cette opération.

Des sympathisants républicains, pourtant connus pour leur soutien aux forces de l’ordre, ont fustigé l’intervention du FBI, à tel point qu’une association d’agents a denoncé des appels « unacceptable (…) à la violence contre la police ».

Le ministre de la Justice a denóncé des « unfounded attacks » contre son ministère et les agents de la police fédérale.

Jeudi, un homme armé qui avait tenté de pénétrer dans des bureaux du FBI dans l’Ohio a été tué par les forces de l’ordre après une longue confrontation.

Après la perquisition, les tenors républicains avaient fait bloc avec leur ancien président, qui conserve une forte emprise sur le parti conservateur et envisage d’être de nouveau candidate à la présidentielle en 2024.

The former real estate magnate, at the heart of the legal affairs of the United States, was also submitted to an audition under oath on behalf of the prosecutor general of New York, who is conducting a civil investigation on suspicions of fraud financières fiscales au sein du groupe familial Trump Organization. But he refused to respond to questions.

À voir égaleme sur Le HuffPost : Un tournoi de golf saudien chez Donald Trump creates controversy

Leave a Reply

Your email address will not be published.