le personnel de la centrale nucléaire Zaporizhia témoigne

Une vue montre la centrale nucléaire de Zaporizhia, en Ukraine, le 30 août 2022. ALEXANDER ERMOCHENKO / REUTERS

Un ingénieur de la centrale affirme que les forces de sécurité russe procèdent à des actes de torture afin que les employés ne parlent pas devant l’équipe de l’Agence internationale pour l’énergie atomique attendue jeudi 1er septembre.

On Thursday 1st September, a team from the International Atomic Energy Agency (AIEA) is attending the Zaporizhzhya nuclear power plant, in the south-east of Ukraine, where it wishes to have a permanent presence to avoid an eventual catastrophe, en pleine guerre entre l’Ukraine et la Russie. Dans un article publié le 25 août dernier, le Telegraph unveile des témoignages de personnel de la centrale – en poste ou qui se sont échappés – qui affirment que les forces de sécurité russe les torturent pour éviter qu’ils ne parlent devant les membres des Nations unies.

Ils ont décrit, sous couvert d’anonymat, une atmosphère de peur et d’intimidation, qui passe notably par plusieurs arrestes. «Nous nous inquiétons tous de l’eventualle visite des représentantes de l’AIEA. Ils (Les Russes, editor’s note) pourrouint organizer des provocations et ensuite les mettre sur le dos de l’Ukraine. He a l’impression que c’est exactement ce qu’ils prévoient de fairea declaré un ingénieur au journal. During the duration of the visit, they will reduce to a minimum the presence of our personnel and place two or three of their representatives in each control room».

À VOIR AUSSI – Guerre en Ukraine: l’AIEA maintient la visite de la centrale nucléaire malgré des hostilités

According to this engineer, several employees of the central office have been arrested at home or on the chemin du travail: «Maintenant, je comprends que leur armée est faible, mais leur service FSB fonctionne. L’une de leurs méthodes ici est d’emmener les travailleurs de la salle de contrôle au sous-sol», at-il declared, «using a familiar Russian expression to designate detention and torture by the secret police», he specifies Telegraph. L’ingénieur continued : «Notre direction garde le silence à ce sujet, pour ne pas créer de panic, mais les personnes qui reviennent après ces ‘conversations’ au sous-sol restent muettes. Il ne sera pas surprenant qu’au cours de la mission, ils se mettent soudain à dire ce qu’on leur a demandé de dire.»

Trois témoins, qui travailunt dans l’usine ou qui l’ont quittée récently, ont également affésé au Telegraph que les forces russes avaient réduit la main-d’œuvre à des niveaux dangerementement bas et impose des restrictions de mouvements qui rendent difficile l’accomplissement de leur travail.

Plus de 11,000 personnes travaillaient à la centrale de Zaporizhia, l’une des quatre centrales nucléaires qui forritt environ la moitie de l’électricité ukrainienne, avant la guerre. Depuis, Kiev et Moscou s’accusent mutual de proceder à des bombardements à proximité du complexe, près de la ville d’Energodar, sur le fleuve Dniepr, et de mettre ainsi le site en péril. L’operator ukrainien Energoatom a mis en garde samedi contre des risques de fuites radioactive et d’incendie après de nouvelles frappes. Ces dernières semaines, Zaporizhia cristallise les inquietues des Occidentaux. L’ONU a appelé à cease toute activité militaire aux alentours.

Initially, l’Ukraine craignait qu’une telle visite ne légitimi l’occupation russe du site aux yeux de la communauté internationale avant de finalemente soutenir l’idée d’une mission de l’AIEA. Devant cette «dangereuse» situation, le president Volodymyr Zelensky avait pressé vendredi le gendarme onusien du nucléaire d’envoyer au plus vite une équipe. This team of 14 people arrived on Wednesday in the city of the same name, approximately 50 kilometers as the crow flies from this complex occupied since the beginning of March by the Russians and the object of the international community’s serious concerns.


À VOIR AUSSI – Nuclear Power Plant in Ukraine: the ICRC demands “stop playing with fire”

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.