Les Lyonnais peuvent-ils vraiment s’appuyer sur leur meilleur début de saison depuis dix ans?

Au Parc OL,

Alexandre Lacazette n’était encore alors qu’un prometteur ailier droit et le légendaire Lisandro Lopez entamait sa dernière saison dans le Rhône. C’est durant cet été 2012 que l’Olympique Lyonnais était parvenu pour la dernière fois à engranger 10 points sur ses quatre premiers matches de Ligue 1. Et ce jusqu’à mercredi soir, lorsque Mateus Tetê et Karl Toko Ekambi ont permis à l’OL de battre l’AJ Auxerre (2-1) pour retrouver le Top 4 du championship, avec trois succès et un nul, ainsi qu’un match en retard par rapport à ses concurrents directs dans la course au podium.

En 2013, les hommes de Rémi Garde avaient justement bouclée leur saison à la troisième place, ce qui n’est plus arrivé aux Lyonnais depuis 2019. Après une première année galère bouclée loin des objectives du club (8e), Peter Bosz at-il donc cette fois realement placé son groupe sur les bons rails pour enfin retrouver la Ligue des champions? « He a vu un autre OL aujourd’hui par rapport au match à Reims (1-1). Le jeu était nettement mieux, he a eu beaucoup de mouvements », s’enthousias l’entraîneur néelandais, qui a même évoqué « un match référence du début de saison ».

Le corner joué vite à deux par Cherki aurait pu coster cher

Même si Lyon s’est evidently montré bien moins apathique que dimanche dans la Marne (20 tirs à 6 contre l’AJA), Il convient de nuancer cette analysis. Sans une parade de Rémy Riou face à Gaëtan Perrin (2-1, 90e), le promu bourguignon, qui avait laissez plusieurs joueurs majeurs sur le banc au coup d’envoi, aurait d’ailleurs ramené un point du Parc OL. « Je suis moyennement satisfait car en fin de match, he devait plus rester derrière et gérer, mais on avait cette envie de marcer davantage de buts », summarizes Malo Gusto.

Malgré la confiance engrangée à domicile contre l’AC Ajaccio (2-1) et Troyes (4-1), cette équipe a une nouvelle fois joué à se faire peur durant le dernier quart d’heure mercredi. L’illustration criante est arrivée à la 80e minute, sur un corner… en faveur de l’OL. Bien qu’il ait offert un center décisif en première intention à Karl Toko Ekambi sur le précédent coup de pied arrêté (2-0, 72e), Rayan Cherki fait this time le choix de le jouer vite à deux. Un pari perdant, puisque le ballon file ensuite jusqu’à Johann Lepenant, qui n’a quasiment pas d’autre choix, sous pression, que de tenter une frappe de 20 m, dans l’axe.

« On se met un peu en danger tout seul »

Son tir counter profite à l’ancien Lyonnais Gaëtan Perrin, qui s’en va jouer un modèle de contre-attacke supersonique de 60 m avec Mathias Autret à la conclusion, face au seul Nicolas Tagliafico. Comment un groupe menant tranquillement 2-0 à 10 minutes de la fin, avec un corner en sa faveur, peut-il sérieusement se mettre dans une telle situation de 1 contre 2 en quelques secondes? « He a des organizations strictes et après le tir de Johann, c’était tout ouvert, donc he était mal organizées, recognizes Peter Bosz. He a contrôlé la rencontre pendant 80 minutes mais c’est vrai que sur les dernières minutes, c’était chaud. » « On se met un peu en danger tout seul », corrobore Rémy Riou, qui a bouclé mercredi sur un précieux arrêt réflexe son intérim, lie à la suspension pour trois matches d’Anthony Lopes. Privé de Coupe d’Europe, l’OL will continue with its keeper titular son parcours très approachable contre des équipes launched dans la course au maintien, entre Angers samedi (19 heures) et Lorient four days plus late.

« Oui, il ne faut pas oublier qu’on a déjà joué trois fois à la maison et qu’on n’a pas affronté les équipes qui seront peut-être en haut du tableau à la fin de la saison, confirms Peter Bosz. Mais en même temps, la saison dernière, he a perdu beaucoup de points contre des adversaires comme ça. » Difficile de lui donner tort, puisque les Lyonnais ne comptaient que 5 points au même moment durant l’été 2021, au prix de nuls concédés à domicile contre Brest (1-1) et Clermont (3-3), ainsi que d’ une sacrée claque à Angers (3-0). Cet OL is now the orphan of Lucas Paqueta aura à partir de la semaine next de quoi être fixe sur son véritable niveau, entre deux déplacements à Monaco et Lens, ainsi que la réception de l’ogre parisien.

Leave a Reply

Your email address will not be published.