L’inquietude grandit face aux dark stores et dark kitchens qui colonisent la ville

On Friday 19 August, a dozen mayors of large cities in France, including Pierre Hurmic mayor of Bordeaux, signed a tribune to incite the government to take measures to regulate the implementation of dark stores and dark kitchens. Les premiers sont des opérateurs du Quick commerce, sans devantures, qui jouent un rôle d’entrepôts pour acheminer en 10 à 15 minutes des courses aupres de clients du center-ville.

Les seconds sont des laboratoires de cuisine exclusively dedicated to home delivery. Ces commerces fantômes ont profité de la crise sanitaire pour prendre d’assaut les centre-villes de grandes métropoles. And Bordeaux, où le phénomène reste encore contenu, he estime qu’une dizaine d’enseignes sont présentes mais il est difficile de les dénombrer car elles s’implantent sans autorisation de la ville, sur des surfaces inférieures à 500 m2.

Nuisances pour les riverains

« Des implantations ont été réalisées dans les rues Pelleport, Prunier, sur la place des Capucins, le cours d’Albret et on ya de très grosses nuisances sonores, rapporte Sandrine Jacotot, l’adjointe chargée du commerce à la ville de Bordeaux. De gros camions de livraison circulent de 7 heures à minuit. » Ces commerces fantômes qui se rêvent en mini-Amazon (Gorillas, Foudie, Frichti etc.) ne s’embarrassent pas de savoir si l’installation de leur activité colle avec le PLU (plan local d’urbanisme) because ils sont bien trop occupés « à prendre les places » pointe Yvan Otschapovski, conseiller technical commerce à la CCI de Bordeaux.

Il rappelle que ce sont principalamente « des licornes qui benefitent d’importantes levées de fonds » et qui peuvent se permettre de « compter après ». Difficile pour la ville seule de répliquer au vu de la durée des procedures de contestations judiciaires. « Ils savent qu’ils seront tranquilles au moins deux ans », soupire l’adjointe au commerce, qui reste nouveauté combative.

Une menace pour les commerces indépendants?

Les différences opérateurs se livreraient « une guerre fratricide », selon elle, à l’issue de laquelle certains seulement remporteront le marché. « Pour nous peu importe si le modèle est viable ou pas, commente Sandrine Jacotot. Ce qui nous importe c’est quel va être le prix à payer face à cette concurrence, dans une période déjà compliquée pour les commerçants indépendant Bordelais. »

A peine sortis de la crise sanitaire, ces commerces dont certains sont en cours de digitalisation se retrouvent pris de court. Et de son côté, la ville se retrouve spectatrice d’une organization de la logistique interurbaine du dernier kilometer qu’elle devrait piloter. En tant que garante de l’équilibre de l’offre, dans une ville qui compte 7,800 commerces, dont 1,300 restaurants environ, la municipalité s’inquiète des déjàuts possibles sur les petites enseignes. « Il est evident que d’ajouter des commerçants qui font alliance avec des grands distributeurs, cela apporte une concurrence aux petits épiciers », points out Sandrine Jacotot.

Pour Yvan Otschapovski, il faut relativiser cette croissance des dark stores whose opening curve is not plus exponential: « The whole represents 120 million de chiffres d’affaires en France et à l’échelle du pays, ce n’est rien du tout . » S’il faut rester vigilant concernant ces entrepôts fermé aux clients qui peuvent contributer à la désertification des center-villes, il estime aussi que « les consommateurs n’adherent pas tous à ce système dont l’image n’est pas forcément très positive ».

Les restaurateurs vent debout contre les dark kitchens

A la Galerie Tatry, espace commercial bordelais du center-ville, Deliveroo a ouvert recently dix cuisines en location, pour alimentier son service de livraison. En économisant notably sur le personnel de salle, elle propose une ofre moins chère qui vient concurrencer les établissements classiques. Foudie, société toulousaine, and announced its implantation à Bordeaux le 17 août dernier. Gorillas, première société à s’implanter à Bordeaux, n’a pas répond, à l’heure où nous écrivons cet article, aux solicitations de 20 Minutes.

« He va désertifier les villes des belles brasseries, des beaux restaurants, donc c’est un phénomène [les dark kitchens] qu’il faut freiner, alerte Franck Chaumes président de l’UMIH 33 (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie). Les pouvoirs publics doivent imperatively le faire car cela empêche l’emploi. » Ces cuisines fantômes échappent aussi aux contrôles drastiques des services d’hygiene et interrogent quant à leur politique sociale et à leurs obligations fiscales.

Pour Yvan Otschapovski, les restaurateurs doivent seisir cette occasion afin de « se mettre en ordre de marche pour faire de la livraison à domicile ». Et sur cet enjeu logistique, il ne faut pas se cantonner à regarder le dernier kilometer mais optimiser toute la chaîne d’approvisionement pour amelioration vraiment son bilan carbone. « C’est bien si vous livrez à vélo électrique mais comment vous acheminez vos entrepôts? » lance-t-il. A chaque médaille, son revers.

Leave a Reply

Your email address will not be published.