l’Olympique Lyonnais mission sur ses anciennes gloires pour retrouver les sommets

Alexandre Lacazette lors du match de l'OL contre l'AC Ajaccio, à Décines-Charpieu (Rhône), le 5 août 2022.

Dans la ville des frères Lumière, pas besoin d’aller au cinéma pour voir un remake de Retour vers le futur. A l’Olympique lyonnais (OL), la periode estivale s’apparente à un voyage quelques années en arrière.

Cette saison, au sein du club de football, Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso reforment, aux côtes du gardien Anthony Lopes, une partie du « gang des Lyonnais », surnom que l’on donnait, au mitan des années 2010, au noyau dur de joueurs du cru de l’équipe rhodanienne – et référence aux gangsters locaux des années 1970, mais plus pour l’aspect bande organisée que pour le côté braquage.

Friday 5 August, Alexandre Lacazette, ex-attacker d’Arsenal, a offert une passe décisive et a marque un but qui ont permis à l’OL de l’emporter (2-1) face à l’AC Ajaccio, en ouverture de la saison 2022-2023 du championship de France. L’ancien milieu de terrain du Bayern Munich Corentin Tolisso, lui, est entré en jeu en seconde période.

Tous deux ont été formes au club, tous deux sont partis à l’étranger et tous deux ont fait leur retour à Lyon cet été, signant respectively pour trois et cinq saisons. Vincent Tolisso savoure d’autant plus le retour « à la maison » de son fils qu’il ne l’imaginai pas possible. « Il ya un an, je n’y aurais pas cru »avoue le père du champion du monde.

Même le directeur du recrutement de l’OL, Bruno Cheyrou, parle de “little miracle” lorsqu’il évoque ces retours à l’aube d’une saison où le club n’est pas qualifique en Coupe d’Europe. « Cela prouve leur attachement à l’OL »he emphasized.

« L’amour du maillot »

Dans le football moderne, la Ligue 1 – PSG mis à part – s’apparente à une succursale des grandes écuries anglaises, espagnoles ou allemandes : les talents locaux s’exportent de plus en plus tôt, parfois vers des clubs de bas de tableau des trois championships voisins.

S’ils réussissent leur carrière à l’étranger, le seul espoir de voir ces joueurs rentrer au bercail est d’attendre la toute fin de leur carrière. Et encore faut-il que « l’amour du maillot » soit plus fort que le « projet sportif » dans les pays du Golfe, en Chine ou aux Etats-Unis.

Lire aussi : Article reserved for our subscribers Football : derrière le marché des transferts, le business flourishing des rumeurs sur le mercato

Ici, il n’est pas question de préretraite. Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso reviennent à un âge mûr (31 ans et 28 ans), avec la volonté displayed de ramener l’OL sur le podium de la Ligue 1. Là où le club, septuple champion de France, a été enraciné de longues années. Mais là où il n’a plus mis les pieds depuis trois saisons.

Si le milieu de terrain a accumulé les titres à Munich (five times champion d’Allemagne, vainqueur de la Ligue des champions), ses injuries à répétition l’ont empêché de s’impose comme titulaire dans l’équipe bavaroise. Pour le buteur, élu meilleur joueur d’Arsenal de la saison 2018-2019, le courant ne passait pas aussi bien avec l’entraîneur des Gunners, Mikel Arteta, qu’avec son predécesseur, Unai Emery.

Transfers in 2017 pour des montants records (près de 100 million d’euros au total), l’un et l’autre arrivaient, à l’issue de l’exercice 2021-2022, en fin de contrat dans leur club respectivef. L’OL a sauté sur l’occasion, ne déboursant pas un centime en indemnité de transfert.

Identité locale sous pavillon américain

« Nous souhaitons que l’ADN de la formation Lyonnaise soit le maître mot de l’avenir », avait announced Jean-Michel Aulas dans une lettre ouverte, le 10 mai. Avec ces retours, couples aux prolongations de contract de severalis « produits » maison comme le gardien Anthony Lopes et le jeune milieu de terrain Maxence Caqueret, le président emblematique du club a tenu parole.

Il peut ainsi tenter d’amadouer ses supporters au sortir de l’une des pires saisons de l’histoire sportive récenté du club (huitième place en Ligue 1, plus mauvais classement depuis 1996-1997). Saison par ailleurs gâtée par plusieurs incidents en tribune (bottle jetée sur Dimitri Payet lors d’un match contre Marseille en novembre 2021, bagarre au stade Charléty lors d’un match contre le Paris FC en Coupe de France en décembre 2021, tentative d’ envahissement de la pelouse après l’elimination en coupe d’Europe, en avril).

« Sur les trois, quatre dernières années, he a pu remarquer un manque d’implication sur le terrain. Avec des joueurs nés à Lyon, qui ont grandi à Lyon et qui ont le club chevillé au corps, ça devient plus simple d’obtenir leur engagement à 200% pour notre projet »an advance by Bruno Cheyrou.

Lire aussi : Article reserved for our subscribers Football: in Lyon, l’homme d’affaires américain John Textor se présente en “bâtisseur” ambitieux

Le projet a cependant un côté paradoxal, car M. Aulas a choisi de remettre en avant l’identité locale de l’OL au moment où il s’apprête à faire passer le club sous pavillon américain : les parts des groupes Pathé et IDG are sur le point d’être vendues au milliardaire John Textor, futur actionnaire majoritaire – nowre president delegue, M. Aulas continuera de diriger les opérations.

Un défi pour le nouveau captaine des Gones

« Les joueurs qui ont vécu une histoire forte avec leur club formateur continuent de suivre les résultats, gardent le club en tête toute leur vie. He entend toujours : peut-être qu’un jour je reviendrais” »note Jérémie Sutter, conseiller sportif chez Score Agencies, a société based in Lyon.

Except that everything remains souvent du domaine du rêve. Generally pour des raisons pécuniaires, mais pas only. « Il faut avoir du courage pour revenir dans son club formateur »pursuit M. Sutter, who represents notably Alexandre Lacazette.

Auteur de cent buts tout rond en Ligue 1 lors de ses sept premières saisons en tant que professionnel dans son club formateur, « le général Lacazette » (une expression d’un journaliste de BeIN Sports, reprise par le club) était au sommet quand il est parti à la conquête de la Premier League. Le risque est important d’écorner cette image.

Lire aussi : Football : « A l’OL, un président en préretraite, un proprietaire à distance et quelques doutes sur la sortie de virage »

Tous deux natifs du Rhône, « le Général » et « Coco » ont participative au maintien du club sur le podium du championship, à une époque où M. Aulas avait réduit la veilure sur les transferfs pour pouvoir financer le nouveau stade. Au milieu des années 2010, jusqu’à neuf joueurs issus du center de formation pouvoir être aligned en match officiel !

This team made in Lyon a cependant laissé un souvenir mitigé, avec des victoires de prestige, mais aussi des défaites dans le derby face aux Verts stéphanois et, surtout, aucun titre rêtre. En 2016-2017, l’OL avait perdu en demi-finale de l’Europa League, face à l’Ajax Amsterdam d’un certain… Peter Bosz, l’actuel entraigneur de l’OL.

S’il est “assez rare pour des joueurs de ce niveau-là d’avoir la possibilité de remporter des titres dans leur ville”, comme le précie Bruno Cheyrou, c’est le défi du nouveau captainine des Gones, Alexandre Lacazette, et de Corentin Tolisso. Avec le retour du « gang des Lyonnais », un hold-up n’est pas à exclure.

Leave a Reply

Your email address will not be published.