OGC Nice: Lucien Favre, la fièvre monte

Juillet 2017, l’OGC Nice est à Divonne-les-Bains pour son stage de pre-saison. Lucien Favre is restless. Son effectif n’a pas l’envergure pour disputer le préliminaire de Ligue des champions qui se profile. Switzerland is within two fingers of resignation. Jean-Pierre Rivère rallie Divonne en catastrophe pour convaincre l’entraîneur, qui élimierera l’Ajax quelques semaines plus tard, de rester. Cette saison-là, Nice will dispute the round of 16 of the finale of Ligue Europa et terminera 8e of Ligue 1. Un bilan correct au vu de la qualité de l’effectif. Quatre ans après son départ à Dortmund, Favre n’imaginaiit pas retrouver un OGC Nice semblable à celui qu’il avait quitté. C’est-à-dire avec des ambitions supérieures aux moyens mis à disposition. Quand il évoque la C1 dans les deux ans à venir, lors de sa conference de presse de presentation, le coach a des garanties. You verbalized. Deux mois plus tard, il s’estimerait trompé sur la marchandise.

Ilie et Viti, ses deux seuls choix du mercato

Rares Ilie et Mattia Viti, deux potentiales de moins de 21 ans, sont ses choix. Pour préparer l’avenir. Pour les renforts de poids et immediatés, c’est Ineos et Iain Moody qui soumitten les idées. Comme celle d’aller chercher Kasper Schmeichel alors que Favre voulait Sommer. Les deux lobs encaissés par le Danois contre Strasbourg et le Maccabi renforcent le scepticisme du coach, rather satisfait de la prépa effectue avec Bulka dans les bois. Ineos semblerait insensible aux ressentis de l’entraîneur. « L’avis du coach est très important, explicait pourtant Dave Brailsford dans nos colonnes, en juillet dernier. Comme celui d’Ineos. Il faut ensemble trouver le bon discours entre toutes les parties. (…) Et quand on réfléchit, six avis et sensibilities different valent mieux qu’un seul pour prendre une décision. »
Le constat effectue un mois plus tard est terrible: règne un enorme flou au sein du club à cause de toute cette cuisine externe. Julien Fournier is parti et la collaboration avec la cellule de recrutement n’existe plus du tout non plus. La consequence de plusieurs mercatos ratés selon Ineos.

Les Britanniques sont aux commandes nouvelles, mais la barque tangue. Parce qu’il n’y a plus de capitaine pour bousculer les troupes après un match apathique comme celui de Clermont. Il n’y a plus de ”Père Fouettard” pour distributer les amendes au moindre écart de comportement. « Favre n’a jamais connu ça » glisse un proche.
Depuis le début de l’été, les paroles sont belles mais les actes tardent. Personne ne perçoit vraiment le cap. Pas même les cadres du vestiaire. « Depuis le départ de Fournier, personne ne fait peur dans ce club, regrettait l’un d’entre eux avant même le début du championship. Beaucoup de monde l’a compris. Certaines personnes ont changé, se sentent plus en confiance et pensent d’abord à leur intérêt personnel avant celui du club ».

“Les objectivees du club ne sont pas très clairs”

L’investissement et la bonne volonté de Dave Brailsford ne font aucun doute, à la différence de la manière dont est dirigé le mercato sur le plan offensive. Nice a perdu Kluivert et Guessand et savait Dolberg blessé, et pourtant aucun attaquant n’est encore arrivé.

Constraint d’operér avec Brahimi en pointe pour faire souffler Delort, ou de maintenir un Stengs invisible dans le onze à défaut de recrue espérée déjà depuis le début de l’été à ce poste, le technicien suisse se pose sérieusement des questions. Le dossier Marcus Thuram, pour lequel il a poussé très fort, aurait pu être bouclé avec davantage de conviction dans les négociations.

« Les objectivees du club ne sont pas très clairs », a lâché Favre au milieu de la conf de presse qui précédait le barrage aller à Tel Aviv. Ce qui avait semblé surprenant est devenu totally audible à une semaine de la fin du mercato. Le sort du Gym sera encore dépendent de Delort tomorrow, vu l’état de forme de Gouiri et des autres. Le coach suisse refuses d’être le dindon de la farce dans ce début de saison marqué par seulement deux goals inscrit en 4 matches, dont un sur penalty. L’effectif a besoin d’au moins trois joueurs à vocation offensive.

Cavani, Pépé, Ben Brereton Diaz, Bemba Dieng, Belotti sont des noms qu’on continue de lui évoquer pêle-mêle. Avec le message que s’attaquer à de tels dossiers réclame forcément de la patience jusqu’aux derniers jours du mercato. Comme le trio Dante-Belhanda-Balotelli avait été attré sur le tard en 2016. Sauf que le contexte n’est pas le même avec un calendrier reserré jusqu’à la Coupe du monde. Du coup, ça n’amuse plus du tout Lulu de ne rien voir venir. Et si les sept prochains jours s’avéraient décevants, peut-être que le Suisse repensera à Divonne et son désir évoyeur lors du fameux été 2017…

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.