Paul Watson débarqué de Sea Shepherd USA : «S’ils s’imaginent que je vais me taire…»

At 71, the founder of Sea Shepherd has been forced to resign by his American branch. Mais l’intransigeant ne désarme pas. Exclusive

Paris Match. Que s’est-il passé au sein de Sea Shepherd, l’organisation que vous avez fondée en 1977, pour vous pousser ainsi à la demission?
Paul Watson. Il ya quelques mois, le conseil d’administration de Sea Shepherd USA m’a demandé de quitter mes fonctions. The prosecutions judiciaries of Japan à mon encontre, ma présence sur la liste rouge d’Interpol empêchaient prétendument l’association d’obtenir les contrats d’assurance nécessaires à son bon fonctionnement. Ma présence non seulement augmentait les primes, mais dissuadait les assureurs de nous couvrir, m’a-t-on dit.

Lire also: Paul Watson: “Nous sommes dans une ère d’anthropocentrisme, la philosophie du désastre

La suite après cette publicité

On m’affirmait bien sûr que, sans en être membre, je pourrais continuer à participer et à donner mon avis sur les grandes orientations. Il m’a semblé que ce point de vue présentait une certaine cohérence et j’ai accepted. Sauf qu’en juin un directeur a été nommé à la tête du conseil et j’ai senti que l’on commegnait à me marginaliser. D’autant plus quand on m’a prêtente la nouvelle orientation: il s’agitait de devenir une organization davantage tournée vers la recherche. Moins controversée.

La suite après cette publicité

On me demandait surtout de me taire, ce qui est pour moi unacceptable.

L’opposé de la philosophy de Sea Shepherd!
Evidently! The essence of Sea Shepherd is controversial! Je dis ce que les gens ne veulent pas entendre, je secoue le cocotier et je fais réfléchir. Or, Sea Shepherd USA allait devenir une association de cols blancs derrière des bureaux. Unthinkable! J’ai refusé de souscrire à cette ligne. Les deux membres du conseil d’administration qui partageaient mon point de vue… ont été replaced quelques semaines plus tard. Par deux personnes que je ne connais même pas. Probably pour me mettre devant le fait accompli, cette équipe a fait paraître deux articles dans des revues scientifiques, expliquant officielement la nouvelle politique. J’ai donc décidé d’adresser une lettre à ces revues pour clarifier ma position. He m’a alors fait comprendre que je n’avais aucun droit de parler au nom de Sea Shepherd USA. On m’a même laissez entendre que ma reputation et finalement mon nom étaiten un frein pour nouer des partenariats avec les chercheurs. Ils souhaitaient également abandonner notre logo de pirate. En clair, ils voulaient un Sea Shepherd vidé de sa substance.

Les galons de commandant de la marine marchande sont surmontés de l'insigne à tête de mort.  Dans le Vermont, où il vit, en janvier 2021.

Les galons de commandant de la marine marchande sont surmontés de l’insigne à tête de mort. Dans le Vermont, où il vit, en janvier 2021.

© B. Sidler

Vous, le pirate intransigeant, assez malin pour défier des intérêts supérieurs, comment avez-vous pu vous laisser manipulator ainsi?
Mes avocats m’ont conseille la prudence. Je ne donnerai donc pas le nom d’un des membres du conseil qui m’a énormément aidé lorsque j’étais en fuite et qu’il me fallait regagner les ÉtatsUnis. J’y suis parvenu en grande partie grâce à lui. Il a joué de ce levier pour me faire avaler certaines décisions qui ne me plaisaient pas. C’est donc “en confiance” que j’ai accepted par exemple de sortir du conseil d’administration. Même si j’ai vite compris que, dès lors, ma voix ne semplai plus beaucoup compter. J’avais le sentiment de continuer à être payé pour donner mon image mais pas grand-chose d’autre. He me demandait surtout de me taire. Ce qui est pour moi unacceptable, c’est la raison pour laquelle j’ai décidé de demissionner.

La suite après cette publicité

La suite après cette publicité

L’histoire se répète. À Greenpeace, dont vous êtes aussi un des membres fondateurs, on vous a viré pour votre radicalité.
Oh! Vous savez, ce genre de chose arrive regularly. Survient un moment où les activists, concentrés sur la réalité de leur action, se font déborder par les administrateurs des bureaux, et même kidnapper par des gens aux agendas très différents. Je n’ai jamais été un adepte de la politique de couloir et certains peuvent en profiter. Ce fut precisely le cas. Sea Shepherd avait bâti sa reputation sur le refus du compromis, une agressivité non violente et la controversy. Eux ne voulaient plus de ça.

According to Watson, he peut prélever la fourrure d'un bébé phoque sans le tuer.  Au Canada, en 1998.

According to Watson, he peut prélever la fourrure d’un bébé phoque sans le tuer. Au Canada, en 1998.

© B. Sidler

Que resentez-vous aujourd’hui: vous êtes choqué, triste, en colère?
He is suis soulagé. It is n’ai plus à cautionner leur activité. Et puis la réponse de nos membres à cet épisode a été extraordinaire. I received thousands of letters of support. Il ya quelques années, j’avais pris la decision de decentraliser Sea Shepherd. Et je m’en congratulations. Each organization is now autonomous, placée sous l’égide de Sea Shepherd Global, dont je reste le directeur. Et toutes me soutiennen. Cela n’affectera donc pas l’ensemble de l’organisation. En outre, j’ai l’intention de créer, aux États-Unis, une nouvelle entité qui défendra notre cause comme elle le doit. Cet épisode me donne un coup de fouet. Quand j’ai été viré de Greenpeace, comme vous le rappeliez, je n’avais plus rien, c’est là que jai created Sea Shepherd! Dieu merci, je n’en suis pas là aujourd’hui. Bien au contraire.

Ma philosophie originale est, reste et restera : l’aggressivité non violente.

Désormais, lorsqu’on entendra parler de Sea Shepherd, il faudra regarder s’il s’agit de Sea Shepherd USA, à laquelle vous n’appartenez plus, ou d’une autre organization qui a votre caution. Ça va être un peu compliqué, non?
Les antennes Sea Shepherd dans le monde ne seront pas affectedes puisque Sea Shepherd USA a choisi de ne plus faire partie de notre organization globale. Contre mon avis. Ils ne voulaient plus suivre ma philosophie originale qui est, reste et restera : l’agressivité non violente. Nous ne sommes pas violents. Nous n’avons jamais blessé personne. Nous sommes actuellement en campagne avec trois bateaux en Méditerranée, trois dans les eaux africaines, un en Baltique, un en mer du Nord vers l’Islande, un autre en Australie. Peu importe ce que fait ou pense Sea Shepherd USA. À mon avis, beaucoup de ses membres vont rejoinder Sea Shepherd Global.

Des pneumatiques Sea Shepherd pour harceler le «Shonan Maru 2», un whaleinier japonais camouflé en navire de recherche, dans l'Antarctique interdit à la pêche, en 2012.

Des pneumatiques Sea Shepherd pour harceler le «Shonan Maru 2», un whaleinier japonais camouflé en navire de recherche, dans l’Antarctique interdit à la pêche, en 2012.

© B. Sidler

Vous ne craignez pas, malgré tout, que cela affecte l’image de l’organisation en général, comme s’il y était maintenant davantage question de luttes de pouvoir que de protection de l’environnement?
En tant que fondateur, je suis resté constant dans mes combats. Mes objectivees n’ont pas changé. Si cela avait été le cas, j’aurais continué à prendre l’argent de Sea Shepherd USA sans rien dire. Mais j’ai resignation. Justement pour ne pas cautionner des dérives qui conduisent à plus de bureaucratie et à diluter nos objectivees premiers. Nous n’avons jamais fait de publicity ou de merchandising. Sea Shepherd USA le fait. Cherchez l’erreur…

Depuis 1950, 40% du plankton a disparu. Or, il forritt 70% de l’oxygen que nous respirons.

Vous avez aujourd’hui 71 ans. Pensez-vous que cela ait pu jouer dans le fait qu’ils “osent” vous écarter?
Si c’est ce qu’ils ont cru, c’est mal me connaître. Je suis aussi passionate aujourd’hui que je l’étais à 20 ans. S’ils imaginent que je vais me taire parce que j’ai l’âge de la retraite, ils se trompent lourdement. Dans le “métier” que j’ai choisi, il n’est pas question de retraite. Je serai présent jusqu’au bout. En outre, la destruction des océans est plus que jamais alarmante et nous avons tous l’obligation de nous battre pour que cela cesse.

Après la pandemic et la crisis en Ukraine, he a le sentiment que la question environnetale est passée au second plan. Le resentez-vous?
Depuis que je suis né, j’ai vu la cause écologique varier au gré des montagnes russes de l’opinion publique. Même si la réalité environnementale, elle, reste la même : le changement climatique et l’massive extinction des species sont la plus grande menace pour l’humanité. Que ce sujet soit à la mode ou pas, il nous faut continuer le combat. Notre désir d’alerter sur le danger et de tenter d’y remédier doit persister. He ne vit pas sur cette planète sans des océans en bonne santé. Depuis 1950, 40% du plankton a disparu. Or, il forritt 70% de l’oxygen que nous respirons. C’est un problème majeur. La situation est beaucoup plus grave qu’une recession ou un conflit, quels qu’ils soient. Il est question de la survie de notre espèce. Pour autant nous n’avons pas le droit d’être pessimistes. Nous avons celui de nous battre inlassablement. Et c’est ce que je vais continuer de faire.

Leave a Reply

Your email address will not be published.