“Sans l’appli, je n’aurais jamais dragué un mec en fauteuil”

Le Grand Swipe

Le Grand Swipe

Vous connaissance forcément des couples autour de vous qui se sont formes grâce à une application de rencontre. Peut-être même en avez-vous fait l’expérience. Le Grand Swipe raconte ces grandes histoires d’amour ou d’amitié 2.0 qui beginnment avec un swipe, un like ou juste un message.

If you also want to tell your beautiful stories of life, friendship and love, you can send a message to this address: lucilebellan@gmail.com.

Mathilde a 27 ans et était célibataire depuis 2 ans quand elle s’est inscrite sur Tinder : “Je sortais d’une histoire qui s’était mal finie. J’ai quitté mon ex parce que je ne l’aimais plus et il l ‘a très mal pris. J’ai perdu beaucoup de mes amis dans l’affaire et pendant 2 ans, je me suis reconstruit une vie avec un nouvel appart et de nouvelles personnes autour de moi. Ce sont ces amis qui m’ont conseille de m’inscrire sur une application de rencontre. Gregory.”

Video. “Ce qui est en train de se passer est un enjeu essentiel de notre société”

En recherche d’une compagne, pas d’une infirmière

Grégory a 25 ans quand Mathilde le rencontre et il peine à avoir des rendez-vous à cause de son handicap : “Je comprends que pas mal de femmes ne veulent pas se mettre avec un mec en fauteuil. En plus de tout ce qu’il faut changer au quotidien, c’est aussi la peur de ne pas pouvoir avoir d’enfant et celle de devoir être une infirmière. . J’ai parlé avec quelques femmes quand même via l’application mais personne ne m’a plu comme Mathilde.”

Mathilde decides de se concentrate sur son coup de coeur et de ne pas se laisser emporter par ses fausses croyances sur le handicap : “Sans l’appli, je n’aurais jamais dragué quelqu’un en fauteuil. Grégory a été très cool avec moi dès le départ et m’a dit qu’il répondrait à toutes mes questions. Il ne voulait pas que je finisse par chercher des réponses sur internet ou à imagine des choses toute seule de mon côté. En fait, une fois que mes angoisses ont été balayées et ma peur de lui poser une question qui le blesse aussi effacée, ça s’est très bien passé.”

Video. Arthur Bauchet: “Je sais que mes jambes vont me lâcher, mais mon mental ne me lâchera jamais”

Dès le premier rendezvous Mathilde et Grégory sentent qu’il ya entre eux du potential pour une grande histoire : “On a les mêmes centers d’intérêt et les mêmes envies. Le souvenir que j’ai de ce rendezvous c’ était que j’étais tout le temps en train de rire. Greg est quelqu’un de très drôle et j’adore ça chez lui. He ne s’ennuie jamais.”

Le handicap a surtout été un frein chez les proches de la jeune femme : “Du côté de Grégory, il ya evidentum un instinct de protection, et ses parents avaient peur qu’il tombe amoureux et que je le quitte vite. Mais j’ai su les reassurer. Chez mes parents, ça a été plus difficile parce qu’ils voyaient vraiment notre relation comme un enfermement pour moi. Je leur ai demandé de me faire confiance et après quelques conversations difficiles, ils ont fini par le faire. Ils ont le droit de penser que je fais une erreur mais j’ai aussi le droit de faire cette erreur. Et en l’occurrence, je ne pense pas que ça en soit une. Je suis très heureuse avec Grégory et je sais que lui l’ est aussi.”

Un mariage et des enfants

Le jeune homme envisage le mariage : “Je veux lui offer la vie la plus normale possible. Et je veux qu’elle puisse avoir le grand mariage en blanc avec toute sa famille. Je sais que normally je devrais pouvoir être père même si ce n ‘est pas quelque chose dont he a beaucoup discuté, et je ne sais pas si j’en ai vraiment envie. Par contre, pour tout le reste, je veux qu’on vive notre amour à fond. Je lui fais des petits-déjeuners au lit, on part en week-end. Je ne veux pas que ma situation lui fasse rater des choses. Je sais qu’elle dirait que si elle est avec moi, elle ne rate rien, mais c’est important pour moi de ne pas avoir le sentiment qu’elle sacrifie quoi que ce soit.”

Mathilde n’a aucun doute sur leur avenir : “Je veux être aupres de lui et je veux qu’on partage tout ensemble. Bien sûr qu’il ya des ajustements, mais c’est un détail comparé à l’amour qu’on a l’un pour l’autre. On habite ensemble et on a déjà une belle vie. Je sais que la suite sera aussi belle.”

À LIRE AUSSI

>> Largué.e, lièvre.e : “J’ai tout quitté : mon travail, mon logement, ma ville. J’avais besoin d’un nouveau départ”

>> Le Grand Swipe: “On a eu un premier échange vif, amusant où il a été rapidement question de fessée, de corsets et dentelles”

>> Pourquoi les hommes font-ils moins de nudes que les femmes?

Leave a Reply

Your email address will not be published.