Test de The Last of Us Part I sur PS5 par jeuxvideo.com

Never deux sans trois! Après la version de base en 2013 et un remaster peu de temps après sur PlayStation 4, l’aventure premiere d’Ellie et Joël fait son grand retour sur PS5 avec The Last of Us Part 1. Un remake repris de zéro par l’équipe Naughty Dog qui sustente autant d’excitation que d’interrogation. Alors, dans les faits, qu’est-ce que ça vaut vraiment? Voici notre avis final.

Retrouvez juste au-dessus, en auto-play, notre version vidéo du test de The Last of Us Part 1.

  • Test made on PS5. The Last of Us Part 1 will be available on September 2, 2022 (plus later on PC).

The Last of Us n’est pas un jeu post-apo avec des zombies comme les autres. Déjà parce qu’il n’y a pas de zombies à proprement parler mais des monstres infectés par un gros champignon – c’est une precision importante – et surtout parce qu’il a propulsé le studio Naughty Dog encore plus haut, parmi les sociétés essentials of modern video game. Après avoir crevé l’écran courant des années 2010, avec Uncharted 2 et Uncharted 3, pourquoi ne pas carrément crever le plafond et montrer qu’on excelle dans l’écriture des héros? C’est le tour de force que marque The Last of Us, unanimously adubé par la presse et les joueurs à sa sortie en 2013. Le projet qui nous intéresse aujourd’hui, The Last of Us Part 1, est un remake de ce succès, qui inclut aussi l’extension Left Behind. Par contre, pas de refonte de “Factions”, mode multiplayer de l’époque.

Born in the USA

Avant d’aborder les nouveautés et les visuels flambant neuf de ce remake, The Last of Us Part 1 reste donc avant tout l’histoire d’Ellie et Joël, secoués le long des routes des États-Unis en quéte des Lucioles. Un récit qui n’a d’ailleurs pas bougé d’un pouce. L’équipe Naughty Dog reproduced here avec soin chaque dialogue et cinématique avec son nouveau moteur – et ce n’est clairement pas un mal. Même après tout ce temps, l’écriture de The Last of Us n’a pas pris une ride, toujours si juste, touchante, bouleversante. Quelle émotion de voir à nouveau s’écrire la relation d’Ellie | Joël (surtout avec des visages aussi crédibles) au fur et à mesure de scènes d’une authenticité rare. Bien sûr, difficile de ne pas avoir en tête The Last of Us Part 2, encore plus ambitieux en termes de narration. Mais la magie de 2013 fonctionne, que ce soit pour l’aventure principale ou le DLC Left Behind, qui touche souvent en plein cœur. L’extension donne à voir un bout du passé d’Ellie, avant qu’elle ne rencontre Joël, alors accompaniede de sa meilleure amie Riley. Avec ces deux faces d’une même pièce, vous auraz votre lot d’émotions et un total d’environ 18h à 20h de jeu.

The Last of Us Part 1 – Longue cinématique en voiture (Mode Fidélité)

Tombeau des Lucioles

Alors oui, ce n’est pas une surprise! L’écriture de The Last of Us Part 1 reste identique au projet original. Ce qui est en revanche plus étonnaire, c’est que la structure et le level design de l’aventure srivan scrupulousement ce même chemin – pour un résultat qui se montre moins enthousiasmant. Naturellement, le premier The Last of Us repose sur des bases bien plus classiques et linéaires que le second volet, suivant très souvent le schéma “narration, exploration, combat, exploration, narration…” qui plus est dans des niveaux étriqués et peu propices à l’exploration (comparé à The Last of Us Part 2). Sans parler des enigmes à l’ancienne à base d’échelles et de planches en bois! Concretely, the ensemble lacks pas mal de souffle, de zones ouvertes. The Last of Us Part 1 semble ainsi coincé entre deux époques, avec d’un côté sa structure et de l’autre ses visuels.

Cela étant dit, il faut garder les pieds sur terre. Le déroulé de The Last of Us Part 1 a beau être classique, il marche bien malgré tout ! Déjà parce que les décors traversés sont sufficiently varied – en tout cas en termes d’ambiance – pour relancer l’intérêt du joueur. Mais surtout parce que dans The Last of Us, l’histoire est un formidable moteur à la progression. Que ce soit entre une scène touchingante avec deux personnages, une phase d’action qui sort de nulle part voire un retournement de situation qui remet tout en cause, Naughty Dog ne manque pas de ressources pour nous remitter le pied à l’étrier. Et pour le DLC Left Behind? C’est presque un bonbon que vous auraz envie d’avaler d’un coup, en 2-3 heures de jeu. Même en connaissant bien le titre de base, nous voilà retombés amoureux de The Last of Us. Soyons honnêtes, la technique y est vraiment pour quelque chose.

Claqueur technique?

Nous y voilà! “L’éléphant dans la pièce” pour The Last of Us Part 1 : la refonte des graphismes. Une refonte avec un grand “R” dans la mesure où l’équipe Naughty Dog n’a pas seulement mis à jour les textures mais aussi remanié la direction artistique. N’y allons pas par quatre chemins. Dans ce remake, le travail sur les visuels est assez exemplaire. Here, the PlayStation studio shows again the full extent of its savoir-faire technique, with a project that places the bar even higher than the second episode thanks to the resolution of the PS5. The Last of Us Part 1 proposes ainsi deux modes graphiques. The premiere, “Fidélité”, offers native 4K and a target framerate of 40 images per second (with regular drops for rich moments). The second, “Performance”, privileges la fluidité à 60 fps avec de la 4K dynamique ou – en fonction de votre écran – du 1440p. Notons toutefois, que dans le deuxième case, le nouveau visuel de The Last of Us savère moins éclatant et que le mode est surtout utile pour avoir des combats plus fluides. The Last of Us Part 1 permet de passer de Fidélité à Performance à la volée, sans retourner à l’écran-titre ou recharger une partie.

Évidemment, avant même les décors, ce sont les visages des personnages qui profitent de ce gain en puissance. Jamais la moue d’Ellie, Joël, Tess ou encore Riley n’a été aussi authentique et crédible, augnant sans l’ombre d’un doute l’impact émotional de bon nombre de scènes. De ce côté, The Last of Us Part 1 n’a pas grand chose à envier au second volet. Même constat pour les décors, encore plus convincingants et immersifs que par le passé (special mention aux somptueux effets de lumière). Après oui, il reste bien deux-trois details moins flattereurs, comme des animations de PNJ qui fleurent l’année 2013, des alliés qui courent un peu partout dans les phases d’action et des bugs d’affichage. Mais rien de bien grave! Dans l’ensemble, he peut dire que le contrat est rempli à 100%, à tel point qu’on aurait aimé explorer au-delà des limites fixées par le titre de base. Des limites qui, d’ailleurs, nous font parfois oublier ce solide travail de remake, quand la technique devient moins flamboyante, notably lors des phases en intérieur. Une impression que l’on peut aussi ressentir avec le level design et le gameplay.

Un surin sur un !

L’un dans l’autre, s’il est evident de vouloir comparer The Last of Us Part 1 au deuxième épisode de la license, il ne faut pas oublier de prendre cette version 2022 pour ce qu’elle est. Si le level design et la structure sont plus classiques, ils fonctionnent plutôt bien malgré tout – et il en va de même pour le gameplay. The studio Naughty Dog proposes ainsi une jouabilité plus moderne que par le passé en s’appliance sur tous les ingredients du soft original. Les combats au corps-à-corps sont à présent plus viscéraux, avec une caméra qui colle à l’action et des animations plus crudes. Dans la même logic, il est maintenant plus simple d’empoigner puis de balancer un objet à un ennemi (brique ou bouteille). You can also use the DualSense gyroscope to adjust your vision, which is a nice aid but not yet perfect. Otherwise, The Last of Us Part 1 est un jeu d’action-infiltration certes classique mais tout à fait réussi pour rendre compte de l’urgence et de la violence des coups. Pas révolutionnaire, mais solide

The Last of Us Part 1 – Discrétion sous haute tension (Mode Fidélité)

Autrement dit, avec ce remake, vous n’aurez aucun mal à vous sentir lâme d’un survivant post-apo, en particulier dans le mode de difficulty le plus élevé (le challenge est d’ailleurs personnalisable de A à Z selon multiple parameters, comme dans The Last of Us Part 2). Le mélange entre craft, survie et armes à feu reste une valeur sure. Without forgetting the beautiful coup de boost brought by the vibrations of the DualSense, qui donnent une personality agréable à chaque moyen de défense. Pour rappel, dans The Last of Us, les munitions sont generally comptées et il faudra mettre à profit tout ce que vous avez sous la main pour vous en sortir. But discretion is also a solution! Comme dans le jeu de base, vous pouvez aussi amelioration les aptitudes du héros et des arms. Nevertheless, he aurait ici bien aimé pouvoir se mettre à plat ventre et esquiver, comme dans le second volet. Un dernier point qui aurait permis d’evitar de la frustration pending les combats.

Derrière la montagne

En revanche, The Last of Us Part 1 ajoute pas mal de bonus qui vont plaire aux fans. À beginner par une option de mort permanente, un mode speedrun, des images | modèles 3D inédits à consulter dans le menu Bonus, des skins et même des commentaires en game du director Neil Druckmann et des acteurs originalaux d’Ellie et Joël. A new photo mode is also part of the game as well as a whole system to personalize the commands. Vous l’aurez compris, il ya pas mal de choses à débloquer. Mais l’ajout le plus consequent – et important – à ce niveau sont sans aucun doute les options d’accessibilité. The Last of Us Part 1 is certainly the most accessible blockbuster aujourd’hui, avec un tas d’aides à activater, des réglages pour éviter la cinétose et even une audio-description complète. Une excellente chose pour permettre à tout à chacun de découvrir ce chef-d’œuvre, now sous son meilleur jour sur PS5. Allez hop, c’est l’heure de conclure.

Conclusion

Points forts

  • Une solide refonte graphique
  • Visages qui font la différence
  • Recit toujours aussi poignant
  • Une magic restée inchangée
  • Classique mais assez solide
  • Plus d’options d’accessibilité
  • Plein de bonus pour les fans

Points faibles

  • Des détails restes en 2013
  • Un remake trop en surface

Comme on pouvait s’y attendre, avec The Last of Us Part 1, PlayStation et Naughty Dog se sont appliqués à recréer fidélement l’aventure de base avec tout ce que cela impliette. D’un côté, les graphismes sont ébouriffants de beauté et de réalisme alors que de l’autre, les niveaux ainsi que le gameplay fleurent les années 2010. Mais au bout du compte, tout ce que l’on retient, c’est la formidable épopée avec Ellie et Joël, quand bien même on connaît déjà leur histoire. Même après dix ans, le script et le déroulé de The Last of Us n’ont pas pris une ride. C’est toujours aussi fort, poignant, entraînant. Un rouleau compressor tel qu’on oublie les effets de style anachroniques et les quelques défauts. Plus que jamais, il est temps de (re)découvrir ce chef d’œuvre post-apo !

L’avis des lecteurs

Donnez votre avis sur le jeu !

Leave a Reply

Your email address will not be published.