Vers une crise économique mondiale? Ces signals qui inquiètent

Les criseses successivees depuis le début de la pandemie de Covid-19 font planer une menace sur l’économie mondiale. Some countries do not have to escape the recession in the next few months.

Covid-19, guerre en Ukraine, tensions géopolitiques, épisodes de sécheresse inédits… “Le moment que nous vivons peut sembler être structured par une série de crises graves (…) et il se pourrait que d’aucuns voient notre destin comme étant perpetuellement de manage les crises ou des urgences”, declared Emmanuel Macron mercredi lors de l’ouverture du conseil des ministres.

Au cours de son allocution au ton grave, le chef de l’Etat a dit croire “que ce qu’on est en train de vivre est de l’ordre d’une grande bascule ou d’un grand bouleversement” du monde. Au fond, nous vivons la fin de l’abondance, celle des liquidités sans cost – he devra en tirer les conséquences économiques – celle de produits et de technologies qui nous paraissaiente perpetuellement disponibles, la rupture des chaînes de valeurs. La rareté de telle ou telle matière ou technology réapparaît, comme celle de l’eau. Nous aurons des dispositions à prendre”, added the President of the Republic.

Dans la foulée, le Haut-commissaire au Plan François Bayrou a dit être sur la même ligne qu’Emmanuel Macron, allant jusqu’à craindre “la crisis la plus grave que la France ait connu depuis la guerre”. Catastrophisme ou lucidité? L’avenir le dira. Ce qui est sûr en revanche, c’est que les événements des derniers mois affectent déjà l’économie tricolore et plus largely l’économie mondiale. Certains signals sont là pour en témoigner. Le risque de recession, lui, se renforce un peu plus chaque jour.

• Global inflation

Consequence of the perturbations of global trade during the post-Covid recovery after the war in Ukraine, the general increase in prices now touches all regions of the world: 8.9% in the euro zone in July on a year, 10.1% in the United Kingdom, 8.5% in the United States, 7.8% in South Africa. Des niveaux jamais vus depuis plusieurs dizaines d’années. En Asia, l’inflation demeure modérere mais accélère mois après mois. It notably stood at 2.7% in China in July and at 2.3% in Japan.

Devant l’envolée des prix, les banques centrales sont montées au créneau, bien que trop tardivement pour certains. Pour refroidir la machine économique, au risque de plomber sérieusement la croissance, the Fed announced fin juillet sa quatrième hausse de taux directeurs depuis mars outre-Atlantique. In the United Kingdom, the Banque d’Angleterre a actionné ce levier à plusieurs reprises depuis le mois de décembre, tandis que la BCE a augreignet ses taux pour la première fois en ten ans il ya quelques semaines.

If l’action des banques centrales a vocation à slownir l’inflation, le relèvement des taux directeurs ne va pas stopper l’envolée des prix du jour au lendemain. In France, the inflation rate is close to 7% at the end of the year, compared to 6.1% today (6.8% in IPCH). La situation est encore plus préoccupante outre-Manche où la Banque d’Angleterre table sur plus de 13%.

In the end, inflation should reach 6.6% on average in developed countries this year and 9.5% in emerging countries, according to FMI forecasts. Soit une révision à la hausse de 0.9 et 0.8 point par rapport aux dernières prévisions. L’institution monétaire s’attend égaleme à ce qu'”elle reste élevée plus longtemps”.

• Flambée des prix de l’énergie et risque de pénurie en Europe

Oil, gas, electricity… Les prix de l’énergie ont atteint des sommets ces derniers mois. Entamée au second semestre 2021 sur fund de forte reprise de l’économie mondiale, l’envolée s’est accentuateée avec la war en Ukraine. The prix du gaz naturel européen en particulier a explosé et été multiplié par quatre (+315%) depuis le début de l’année. Mercredi, il a dépassé brièvement les 300 euros le mégawattheure, un niveau plus vu depuis le record historique en mars, au début de l’invasion russe en Ukraine.

En cause, l’annonce par Gazprom d’une complète suspension de l’approvisionement de l’Europe en gas via Nord Stream 1 pour une période de three days du 31 aout au 2 septembre. Les prix ont également été soutenu par les conditions climatiques en Europe, entre sécheresses et vagues de chaleur, “ce qui a entrainment une augmentation de la demande d’énergie pour le refrigeration de l’air”, explicient les analysts de Société Générale. Ils citent égamente parmi les facteurs haussiers l’effort des nations européennes de reconstituer leurs stocks de gaz naturel avant l’hiver, une entreprise d’autant plus ambitieuse “avec des flux de gaz toujours faibles à travers le gasoduc principal alimentant l’Europe occidentale “.

Cette récente flambée des cours a équalé provocéure un vol des prices de l’électricité pour l’année prochaine en France comme en Allemagne, sans atteirre les historiques records atteints plus tôt dans la semaine. Désormais, le Vieux continent qui cherche à se passer du gaz russe se préparate à un hiver difficile. Dans plusieurs pays européens, des restrictions de consommation d’énergie ont d’ores et déjà été mises en place pour limiter le risque de pénurie. En France, alors qu’Emmanuel Macron a évoqué la “fin de l’abondance”, “un grand plan de sobriété” will be presented soon.

• Des prévisions de croissance revised à la baisse

Fin juillet, le FMI a mis ses prévisions de croissance à jour, avec un constat clair: “les trois plus grandes économies du monde (Etats-Unis, Chine, Zone euro) markent le pas, et les conséquences pour les perspectives mondiales sont importantes “. The institution of Washington table ainsi sur une croissance mondiale 3.2% cette année et 2.9% en 2023, soit une égradation de 0.4 et 0.7 point par rapport aux prévisions d’Avril.

Dans le détail, l’activité aux Etats Unis devrait progresser de seulement 2.3% cette année et 1% l’année next. And 3.3%, la croissance chinoise 2022 s’établirait quant à elle à son plus faible niveau depuis plus de quarante ans (except the pandemic). Finally, the cell of the euro zone is estimated at 2.6% this year and 1.2% in 2023.

Des prévisions revues à la baisse que l’institution de Washington justify en évoquant notably les “répercussions négatives de la guerre en Ukraine” avec “une inflation plus forte que prévue” aux Etats-Unis et en Europe, ainsi qu’un ralentissement “plus pronounced qu’attendu” en Chine “sur fond de flambées de Covid-19 et de confinements”. Au point que la production mondiale s’est contractedée au deuxième trimestre cette année.

And cela s’ajoute le reserrement des politiques monétaires qui should accentuate le rélatissement de l’économie mondiale. Voire faire entrer certains pays en recession. D’ailleurs, même si le sujet fait débat outre-Atlantique, les Etats-Unis sont déjà technically en recession déjà puisque l’économie américaine s’est contracted durant deux trimesters consécutifs. In the United Kingdom, the Banque d’Angleterre predicts a contraction of production each quarter between the three last months of 2022 and the last three months of 2023. Then, “la croissance restera faible”.

The euro zone is still in recession. But Bruno Le Maire lui-même n’a pas écarté l’hypothèse d’une égradation sérieuse de l’activité dans les mois qui viennent: “tout va dependetre des décisions de Vladimir Putine sur le gaz. Si jamais il decide de couper le gaz pour l’UE et la zone euro, nous évaluons l’impact sur la croissance, pour la seule France, à un demi-point de PIB, et sans doute davantage pour d’autres économies plus dépendentes du gaz russe que nous”, a declarée le ministre de l’Economie mercredi sur France 5. “C’est sur la question du gaz russe que se jouera une partie de la croissance en Europe dans les mois qui viennent”, he added.

In France, la croissance a rebondi plus fort qu’attendu au deuxième trimester, à +0.5%. Mais cette relative embellie s’explique en partie par le retour des touristes étrangers, tandis que la consommation des ménages a continué de baisser. The signals for the conjuncture tricolor dans les mois qui viennent ne sont par ailleurs guère encouragingants.

En témoigne les derniers indices PMI published by S&P Global. Ces indices constituent des indicators avancés de l’activité du sector privé, c’est-àdire qu’ils prennent le pouls de l’économie avant la fin d’une période donnée, en sondant les avis des directeurs d’achat des grandes entreprises.

Les derniers indices PMI de la France, publiés mercredi, se sont averés moroses. In August, the PMI composite index, which includes activity in services and industry, fell to its lowest level in 18 months at 49.8. Un indicatore inférieur à 50 sur un mois donné signifie que l’activité s’est contractedée. “La fin de l’année 2022 s’annonce difficile pour les économies européennes et la France ne fait en aucun cas figure d’exception”, a prévenu Joe Hayes, économiste chez S&P Global Intelligence.

Les chiffres dans l’ensemble de la zone euro ne sont pas meilleurs. The August composite PMI index for the euro zone fell to an 18-month low, at 49.2. Les économistes de la banque Barclays point out toutefois that France is the country that suffered the most severe deterioration in August. Au vu de ces indicators, l’établissement britannique a confirmé qu’il tablait sur une entrée en recession de la zone euro au second semestre.

• Risque de crisis alimentaire

Mercredi, le program alimentaire mondial (PAM) a alerté sur l’augmentation spectaculare du nombre de personnes conconçon à une insécurité alimentaire aiguë depuis la crise du Covid-19. Ils seraint aujourd’hui 345 millions, contre 135 millions il ya trois ans.

Un bond lié aux conséquences de la pandemie, du changement climatique (droughts, inundations) et de la guerre en Ukraine qui tire les prix alimentaires mondiaux et ralentit les exportations vers les pays d’Afrique et du Proche-Orient.

“Le monde ne peut tout simplement pas se permettre cela”, declared Corinne Fleischer, director régionale du PAM. “Nous constatons aujourd’hui that displacements are ten times more numerous in the world due to changement climatique et des conflicts et, bien entendu, tout cela est lié. Nous sommes donc très inquiet de l’effet cumulatif du COVID, du changement climatique et de la guerre en Ukraine”, she added.

Paul Louis with Julien Marion

Leave a Reply

Your email address will not be published.